Le Paradis - le film d'Alain Cavalier

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Le Paradis - le film d'Alain Cavalier

C'est une parenthèse de poésie intense. C'est un film à voir en intimité, dans l'intimité, Aller au cinéma ce jour-là seul(e) ou accompagné(e) d'un être cher et tendre. Il faut quitter la salle de cinéma, en silence pour garder en soi l'empreinte des instants d'émotions privilégiées qui viennent d'être vécues. Il faut se mettre à l'écoute du poète qui parle tout au long du film, Alain Cavalier, qui nous entraîne dans l'infiniment petit, la mort du petit paon, et nous invite à rejoindre le ciel, au pays des jouets, des visages clairs et lumineux, des gestes simples, des bruissements des feuilles des arbres.

C'est un film très simple, comme çà, mais très pensé. Cette voix qui nous parle, merveilleusement adaptée au rythme du film, nous embarque dans le voyage de la spiritualité. Il n'y a pas la pesanteur du sacré. Il n'y a pas la dimension austère du religieux. Il y a au contraire une relation familière avec l'Au-delà qui est ici offerte. La voix est sublime, troublante, charnelle, elle envahit l'écran. On le devine de l'autre côté de la voix. On croit qu'il va apparaître, et puis non, seulement à un instant on voit son ombre celle du cinéaste en train de filmer avec sa petite caméra qu'il tient dans la main. La voix ne nous fait pas la leçon, elle ne nous enseigne rien, elle ne nous menace pas, il n'y a aucune injonction. C'est une voix aimante, rassurante qui nous raconte la genèse, le sacrifice d'Abraham, la crucifixion, comme des histoires simples, aimables. Soudain la lumière de Dieu se fait paisible, puissante, vibrante. Il n'y a plus que la lumière de l'Au-Delà qui se répand tendrement sur le monde. Et pendant ce temps-là, les enfants jouent en souriant.

Le Paradis d'Alain Cavalier est un film d'une heure 10 minutes, qui fait l'éloge de la vie de l'autre côté et de l'ici-bas, la tentation de l'amour merveilleusement symbolisée par la dernière scène qui filme les deux jouets mécaniques, les personnages principaux du film, le robot et la petite oie blanche, embarquées dans la scène initiale de la vie, l'amour.

Commenter cet article