Le droit à l'IVG en France ou aux Etats Unis serait-il menacé ?

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Le 27 novembre 2015, une fusillade éclate dans l'Etat du Colorado aux USA, dans un centre de Planning familial où comme chacun sait il est question de régulation des naissances et où l'on aide des femmes à recourir à l'avortement, en raison d'une grossesse non désirée ou non assumée.

Le 27 novembre en France, Mme Maréchal Le Pen, la petite-fille du grand-père et la nièce de la tante (depuis quand les gens applaudissent une famille qui, ivre de pouvoir, projette de gouverner ?) annonce que dans son programme, figure la suppression des subventions aux centres de Planning familial de la région PACA.

Ce qui est déroutant, c'est que le discours des féministes s'est dilué depuis 20 ans dans le paysage médiatique au point de disparaître, sachant que les féministes de la première heure avaient finalement obtenu gain de cause.

Supprimer des lieux d'écoute à des femmes en détresse, suite à une grossesse non voulue, qu'elles ne seraient pas capables d'assumer psychiquement et matériellement, c'est tout simplement rogner les droits acquis des femmes, c'est régresser.

Le droit à l'IVG est un droit et non une obligation comme cela se passe malheureusement dans certaines sociétés qui se réjouissent davantage de la naissance des garçons que de celles des filles.

On n'a pas besoin d'une Maréchal Le Pen pour réfléchir à l'IVG.

Les jeunes filles et les jeunes femmes d'aujourd'hui sont en perte de repères car il n'y a pas aujourd'hui des femmes artistes et intellectuelles, appartenant à leur génération, parlant comme elles, qui soient en mesure de rappeler que le statut des femmes libres est incessamment menacé par les pouvoirs politiques et religieux.

Il faut faire taire ces femmes qui s'attaquent à ces territoires de paroles, en les menaçant d'asphyxie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article