Le corps des femmes n'est plus défendu

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Le corps des femmes n'est plus défendu

La magnifique couturière Sonia Rykiel vient de décéder en ce mois d'août 2016. Dans la vitrine de son magasin du boulevard Saint-Germain (75006), elle glissait des livres entre les pulls à rayures.

En ce même mois d'août 2016, une médiatisation explose à propos d'un vêtement de bain qui enferme fortement le corps de pied en cape, au nom d'un principe religieux (je pense que le prophète n'a jamais imaginé les femmes en maillot de bain !). Les hommes politiques s'emparent de cette question. Les femmes politiques et intellectuelles se taisent.

Cet hiver 2015-2016, des centaines de jeunes femmes qui allaient faire la fête à Cologne en Allemagne, durant la nuit de la Saint-Sylvestre ont été agressées par des hommes inconnus. Les hommes politiques se sont tus. Les femmes politiques et intellectuelles se sont tues également.

Actuellement, les seules expressions sur les corps des femmes viennent d'une minorité religieuse, qui à travers le monde, entend lutter contre l'indépendance des femmes, leurs droits et leurs libertés. Cet ordre religieux s'en prend uniquement aux femmes en les invitant à se couvrir, à se cacher, à s'enfermer. Les femmes devraient se lever et taper du poing sur la table. Elles sont silencieuses.

Pour une dizaine de femmes déguisées sur quelques plages du sud de la France (soulignons ce petit nombre qui correspond à la réalité), combien de femmes de confession musulmane sont interdites de bains de mer ? Combien d'entre elles demeurent à l'ombre des pins, voilées et couvertes tandis que les enfants jouent joyeusement dans l'eau ? Combien d'entre elles se taisent par peur des représailles exercées par les membres de la communauté vigilante ? Combien d'entre elles ont choisi librement, réellement ces nouvelles tenues folkloriques qui s'imposent sur les réseaux sociaux comme un signe de ralliement à la communauté ?

Car c'est de cela qu'il s'agit et le premier Ministre Manuel Valls ne se trompe dans son analyse : c'est un discours rampant véhiculé par une poignée d'extrémistes religieux, qui veut transformer les femmes, en des fantômes, à engrosser tous les ans.

Où sont les hommes musulmans qui seraient prêt à défendre leurs femmes pour les aider à échapper à ce mouvement de fermeture ? Eux aussi sont eux silencieux.

Comme le rappellent quelques journalistes éclairées, le bikini des années 1960 fut frappé lui aussi d'interdiction. Et tant d'autres phénomènes de dé-voilement du corps féminin ont donné lieu à des répressions violentes de la part des autorités politiques et religieuses dans l'histoire récente de la France, et de l'Europe. Les seins nus à la plage ont été une liberté défendue par une jeunesse hippie, vieillissante aujourd'hui (les seules encore à être seins nus sur les plages de France !!!).

Le féminisme se réduit aujourd'hui à des débats sur l'homosexualité et la transsexualité.

Les femmes hétérosexuelles et non transsexuelles sont, semble-t-il, abandonnées. Il ne nous reste plus qu'à relire le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir pour retrouver de la modernité !

Commenter cet article