Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Femme artiste dans le monde arabe, de Rita El Khayat

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

couv_femmesartistesmondearabeok-1.jpgPublié début mars 2011, cet ouvrage intitulé La Femme artiste dans le monde arabe, de Rita El Khayat, publié par les Editions Pascal, à Paris (75005) offre pour la première fois une place de choix à la femme arabe dans une diversité de choix artistique.

Chanteuse, danseuse, poète, actrice, peintre, la femme dans le monde arabe a occupé selon les temps de l'Histoire, une place plus ou moins reconnue.

Il faut prendre en compte le XXe siècle pour découvrir les multiples énergies créatrices qui se sont soudain révélées, dans l'ensemble des pays du monde arabe.

Rita El Khayat, intellectuelle marocaine, médecin psychiatre travaillant à Casablanca, défend ce monde de créatrices, qui prennent des positions esthétiques mais aussi politiques à travers leur art. Elle défend ce nouvel espace qui au sein des pays du monde arabo-musulman, prend du poids à tel point qu'aujourd'hui l'art contemporain mondial structure un véritable marché d'art au Moyen Orient où les femmes occupent une position majeure.

Ce projet éditorial a été conduit et réalisé par Le Livre à la carte qui en a assuré la préparation du manuscrit, la recherche iconographique et la mise en pages.

 

Cet ouvrage est disponible dans toutes les librairies, en France et à l'étranger. Prenez contact avec la maison d'édition si vous souhaitez le commander directement.

 

La Femme artiste dans le monde arabe

Auteur : Rita El Khayat

Editeur : Editions de Broca

Date de parution : mars 2011

Prix : 25 euro

ISBN 978-2-36071-001-0

Pour le commander, s'adresser aux Editions DE BROCA, 34 rue de Broca 75005 Paris France

Téléphone : 33(0)1 47 07 59 89

Pour commander l'ouvrage directement en ligne : Cliquer ICI



Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Publier, numériser, diffuser

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

 

 

artelitteralogo2011-1.jpgLe livre n'a jamais bénéficié de tant d'intérêts. De l'imprimerie à la numérisation, de la rédaction à la parution, nos cultures, occidentales et orientales privilégient la suprématie de l'écrit sur l'oral, et même la valorisation du texte sur l'image.

Les dérèglements du monde arabo-musulman tels qu'ils apparaissent actuellement mettent à jour de manière concomitante toutes les failles de nos pensées occidentales. Voici qu'apparaissent de nouveaux appareils critiques qui viennent de la part des enseignants-chercheurs à qui les médias donnent actuellement la parole. Et c'est tant mieux ! Il est fini, ce temps si récent encore où un événement politique, national ou international, était aussitôt commenté par un ou deux intellectuels, toujours les mêmes. Aujourd'hui, les journalistes tendent leur micro à des universitaires, ceux qui transmettent leur savoir, et ce sont eux qui nous permettent de comprendre, du moins d'apprivoiser, des questionnements nouveaux liés à des complexités culturelles étrangères.

Tous ces bouleversements vont donner lieu à de nouvelles publications et donc à l'émergence de nouveaux penseurs. Aux éditeurs, d'être plus que jamais les passeurs, les interfaces. Aux éditeurs de relever le défi qui consiste à accepter aussi que nos pensées confortables se laissent bouleverser.

Alors que Google s'apprête à devenir le plus grand libraire du monde, les livres qu'ils soient imprimés ou numérisés, vont circuler au delà des frontières et parvenir là même où l'on ne lisait pas, où l'on n'écrivait pas...

Les éditeurs tout numériques ouvrent aujourd'hui leur porte, au même titre que les éditeurs tout papier. Et simultanément, on n'a jamais eu autant besoin de lire, d'écrire, de publier, d'apprendre, de partager des connaissances.

Dans cette multitude de textes, le lecteur saura de lui-même distinguer le bon grain de l'ivraie.

De ce fait, la priorité sera plus que jamais accordée à la lisibilité de la mise en pages des textes.

C'est sans doute, la mise en pages qui fera la différence entre les textes lisibles et ceux illisibles. Car le lecteur sur écran va imposer de nouvelles exigences de lisibilité qu'il ne réclame pas forcément lorsqu'il lit un livre au format papier.

Les dérèglements du monde, pour être compris, doivent pouvoir être lisibles.

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

A Lausanne, le 4 février 2011, le film "A ciel ouvert" de Inès Compan

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

ciel ouvertVendredi 4 février 2011 à 20 heure, à Lausanne, l'Association Piment glacé donne rendez-vous aux amis et amis d'amis etc. pour une soirée débat et projection de film sur un sujet complexe, de plus en plus dangereux pour l'avenir de notre planète : l'exploitation des mines à ciel ouvert pour recuellir des richesses minérales entrant désormais dans la composition de nos téléphones portables, ordinateurs et autres objets dont nous ne pouvons plus nous passer.


A l'occasion de cette soirée (entrée libre !), le public sera invité à voir en avant première le film réalisé par Inès Compan, A ciel ouvert.    2010, 94 min.
Votre téléphone portable, votre ordinateur contiennent peut-être une partie des richesses minérales du sous-sol argentin, territoire sur lequel vivent des autochtones depuis des siècles. Ces gisements présents en quantité dans l’Altiplano du nord de l'Argentine, sont l’objet de la convoitise d’une multinationale suisse : un projet de mine à ciel ouvert menace aujourd'hui l'écosystème fragile d'une région entière dont dépendent les communautés autochtones. Cette soirée a pour but de relayer le combat que livrent les paysans argentins contre cette multinationale suisse.
 
En dossier lié, vous trouverez un article concernant le très beau film de Ines Compan qui a envoyé gratuitement une copie du film aux organisateurs de cette soirée à Lausanne.

 

Si ce sujet vous intéresse, si vous souhaitez obtenir des renseignements sur cette question, vous pouvez écrire à Valentine Lasserre, à Lausanne : valentine_lasserre@hotmail.com. Elle vous répondra très volontiers.

 

Le film "A ciel ouvert" sort en salle le 9 mars 2011, en France.

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0