Auto édition

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Manet.jpgIl y a un mouvement euphorique autour de ces nouveaux moyens technologiques, que ce blog a déjà relayé, qui permettent de mettre en page et d'éditer soi-même son livre, que ce dernier ait été refusé par les éditeurs ou jamais soumis à la moindre lecture d'un professionnel de l'édition. Il y a danger !

Lorsqu'un auteur me dit que son texte a été lu par sa femme, sa mère, sa grand-mère ou son fils et que ce premeir cercle de lecteurs a beaucoup aimé, je lui réponds qu'il a choisi le plus mauvais comité de lecture.

Que les auteurs aspirent à voir leur texte imprimé, publié et commercialisé : quoi de plus légitime ?

Il faut se garder de trop d'orgueil là où il est difficile de juger soi même des qualités nécessaires d'un texte.

Si l'auto édition des Mémoires et des Romans ne me semble pas devoir être nécessairement soumis à des mises en garde particulières (un mauvais roman auto édité ne se vendra jamais et un livre de Mémoires servira toujours à quelques uns de traces ineffaçables, ce qui est satisfaisant), il n'en va pas de même pour des registres philosophiques, politiques, économiques, sociologiques, scientifiques où interviennent des connaissances, des informations, des données. On ne peut pas auto éditer un ouvrage bourré d'erreurs, de confusions, de mensonges. De même l'auto édition pourrait donner lieu à toutes sortes de dérives de pensées totalitaires et sadiques.Ce qui mérite d'être prudent !

D'où ce principe de précaution donné à l'auteur : qu'il accepte de faire lire son texte à des professionnels capables de lui donner une note de lecture, quand bien même il faut rémunérer ce service de lecture, afin d'avoir une idée de la manière dont le futur livre pourrait être perçu. De même il faut savoir aussi faire appel à un correcteur professionnel qui saura corriger, non seulement déceler les fautes d'orthographe et les "coquilles" mais qui aura aussi pour mission de vérifier un certain nombre de données telles que des dates historiques, l'orthographe des noms propres, etc. Ces correcteurs existent et ils ne demandent qu'à travailler.

La préparation d'un livre est une aventure qu'on ne mène pas seul mais en équipe, là où convergent les regards.

 

 

Publié dans édition

Commenter cet article