Bill Viola - exposition au Grand Palais - Paris

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

viola_affiche_.jpgI was born with video, dit Bill Viola.

Une exposition des oeuvres videos de Bill Viola, c'est rare. L'exposition présentée au Grand Palais à Paris mérite d'être signalée. 

 

Cette exposition de videos suggère une première remarque : le public ne regarde pas une vidéo comme il regarde un tableau. Or là les organisateurs présentent des vidéos comme on regarde un tableau. Cette remarque pose la question de l'organisation d'une exposition videos. Il faut sans doute tout repenser : comment le public doit-il regarder l'oeuvre ? assis ? debout ? Il y a une posture à repenser.

L'exposition suggère une autre remarque : les oeuvres sont présentées dans des salles obscures. C'est bien. On voit le public sans le voir, on circule entre les gens pour mieux voir l'oeuvre. L'obscurité invite au chuchotement. Il y a une dimension sacrée qui convient aux oeuvres de Bill Viola.

On regarde. C'est un instant de communion avec l'oeuvre. Dans la dernière salle il y a 5 oeuvres videos à voir en même temps. On se tient debout, on regarde la video devant soi, on surveille celle qui se tient à côté, tantôt à droite, tantôt à gauche... l'oeil est hyper mobile, il embrasse les 5 videos quelques instants puis se fixe à nouveau sur l'une des 5 videos.

Les oeuvres de Bill Viola : même si on a lu déjà beaucoup de textes sur les oeuvres ou sur l'artiste, même si on a déjà vu des photos des oeuvres, ce qui est sûr c'est que les yeux regardent l'image de l'eau, l'image de l'air, les images des gens qui marchent, l'image de la lumière, et puis encore l'image de l'eau.

L'exposition bruisse de cette eau vivante qui repose endormie sous la chaleur, qui frissonne dans le carré du bassin entre les arbres ou qui jaillit comme une explosion de la maison désertée par ses habitants. La menace de l'engloutissement est une perception forte dans le monde de Bill Viola.

Tout est perception. C'est là, dans cet espace sensible et non traduisible par les mots ou les couleurs, que l'oeuvre de Bill Viola puise sa justification. L'artiste dit ce que nous voyons. Il donne à voir sans trahir les bruits et les couleurs. Il restitue la part de réel dans ce qui est une image. Ici fonctionne le miroir, surface miroitante, métaphore de l'eau pour signifier l'eau telle qu'elle est.

Ce sont les détails qui sont sublimes. Ces visages silencieux et anonymes d'hommes et de femmes ont en commun une beauté ordinaire. Tous les visages sont beaux. Tous les corps sont beaux, même à l'âge de la vieillesse.

Le monde de Bill Viola est traversé par une beauté fulgurante dans un espace où seule la nature régne.

C'est une célébration de la nature en mouvement. C'est pourquoi regarder une video n'est pas une attitude ordinaire. Se mettre à l'écoute de la beauté. Se défaire de ses propres stress et accepter le jaillissement des émotions en soi. Un moment de magnificence à vivre en soi et à partager avec l'autre.

 

 

Cette exposition est organisée par la Reunion des Musées Nationaux, le Grand Palais et le Studio Bill Viola.

Du 5 mars au 21 juillet 2014

Du mercredi au dimanche de 11h à 22 h. (sauf dimanche et lundi où l'expo ferme à 20 h.)

Commenter cet article