Hommage à Roger Caillois, centenaire de sa naissance

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

caillois.jpgRoger Caillois (1913-1978)

Vient de paraître en mars 2013

Axel Gryspeerdt, Roger Caillois, des mythes aux collections

 

La première fois que j'ai entendu le nom de Roger Caillois, il avait été prononcé par Marguerite Yourcenar,lors de son discours de réception à l’Académie française où elle avait été élue à la place laissée vacante par la mort de Roger Caillois,  le  22 janvier 1981, cérémonie retransmise en direct sur une chaîne de télévision que j'avais regardée. J'étais étudiante en littérature et je n'avais pas encore rien lu de Marguerite Yourcenar mais je sentais déjà le mystère de cette littérature m'envahir. Je garde en mémoire le timbre de sa voix prononcer les syllabes du nom de l'écrivain Caillois, et immédiatement l'émotion m'a comblée, il se passait quelque chose de nouveau pour moi, entre  Marguerite Yournenar, imposante et ses références  qu'elle multipliait à propos  de l'oeuvre de Caillois. "J’ai personnellement peu connu Caillois, si l’on peut appeler connaître quelqu’un que lui avoir quelquefois serré la main et avoir partagé avec lui quelques repas. Mais j’ai fait mieux : j’ai lu ses livres. Toutefois, je tiens d’abord à acquitter envers l’homme une très vieille dette de reconnaissance. Vers 1943, quand nous étions volontairement des exilés l’un et l’autre, lui, sous la Croix du Sud, moi dans une île qu’illumine assez souvent l’aurore boréale, il voulut bien accepter un long essai de moi pour la revue Les Lettres Françaises, qu’avec l’appui de cette admirable protectrice des lettres, Victoria Ocampo, il dirigeait à Buenos Aires. À cette époque où la voix de la France n’arrivait que rarement jusqu’à nous, ces minces cahiers nous apportaient une preuve rassurante de la vitalité de la culture française, venue, certes, d’un autre point du monde, mais n’en prouvant que mieux son don d’universalité. Peu importe ce qu’étaient ces quelques pages assez informes, qui plus tard m’ont servi de brouillons pour certaines parties d’autres livres J’avoue même, en les relisant dans de vieux numéros des Lettres Françaises, m’étonner qu’un esprit doué d’une si parfaite rigueur les eût acceptées. Sans doute avait-il deviné dans cet essai quelque peu hâtif consacré à l’influence de la tragédie grecque sur les littératures modernes, un peu de ce respect qu’il éprouvait pour tout ce qui touche à la transmission des mythes, à leurs changements aux mains des générations successives, et aux grandes vérités sur la nature humaine que les poètes ont enrobées en eux. Quoi qu’il en soit, à une époque où nous n’étions guère rassurés sur la survie de la culture (le sommes-nous aujourd’hui ?) ni du reste sur notre propre avenir, un tel accueil était pour un jeune écrivain encore dépaysé aux États-Unis une grâce accordée et un service rendu. Cher Caillois, je saisis cette occasion de vous en remercier en public"

Plus tard, j'ai choisi de commencer la lecture de cette oeuvre par L'écriture des Pierres (1970) Je l'avoue, cette lecture m'a paru alors aride et émouvante. Le chemin d'un labyrinthe doublé par l'obscurité, mais envoutant parce qu'ésotérique, il me fallait donc être initiée. L'attirance vers l'oeuvre de Caillois est de l'ordre du mystère. J'ai poursuivi une voie dans la littérature, abandonnant Caillois au profit de Blanchot, en résonnance, ou Bataille, pour qui je n'éprouve aucun enthousiasme. Mais sans cesse, j'ai opéré des retours ponctuels vers l'oeuvre de Caillois. Caillois, personnalité discrète de la littérature du XXe siècle, membre assidu du Comité de lecture des éditions Gallimard, figure importante de la pensée du XXe siècle, qui veut ordonnerr l'univers au nom du déterminisme. Le temps a passé. Caillois est de moins en moins une référence pour la pensée contemporaine française.

Homme habité, hanté, fasciné, l'écrivain a tenté de penser le monde contemporain. L'écrivain s'est interrogé, sans angoisse, mais avec la méthode de l'intellectuel, sur la perte du sacré, sur la survivance du mythe, sur le sens du jeu "une occupation séparée, soigneusement isolée du reste de l'existence" en dressant des catégories pour ordonner son propre univers. Enfin, Caillois s'est livré en quelque sorte au minéral, aux pierres, à ce monde immobile. Mais le lien intime avec les pierres datait puisqu'en 1938, il publiait un texte intitulé "L'aridité".

En cette année qui aurait pu célébrer de façon plus fastueuse une reconnaissance intellectuelle à l'oeuvre de Caillois, j'ai noté ce dernier article qui lui est consacré sur le site de Fabula.org, signé Didier Alexandre, enseignant chercheur à la Sorbonne.

J'ai noté également sur le réseau Pinterest, les dizaines de références en langue anglaise à Roger Caillois, signe que sa mémoire dépasse le cercle restreint de la littérature française contemporaine.

Enfin, sur le site artelittera.com, plusieurs études sur l'oeuvre de Roger caillois à télécharger par chapitres.

 

 

Publié dans édition

Commenter cet article

axel Gryspeerdt 11/02/2013 11:03


Le livre est actuellement en cours de publication dans une collection d'ouvrages universitaires dirigée par Didier Alexandre (que vous citez dans votre texte reletif à Roger Caillois).


La parution est prévue en mars. La présentation plus formelle du livre est annoncée dans les prochains jours. L'éditeur s'appelle Les Classiques Garnier.


Un chapitre est consacré à André Breton, collectionneur.


A.G.

Chantal Vieuille, éditrice 11/02/2013 11:22



Merci, cher Monsieur, pour ces précieuses informations.


J'ai beaucoup aimé l'article de Didier Alexandre consacré à sa lecture de  Caillois.


Merci de me signaler l'article sur André Breton collectionneur.


 



axel Gryspeerdt 11/02/2013 09:40


Très heureux que vous vous consacriez un texte face à l'oubli de célébration de Roger Caillois, né le 3 mars 1913 à 3 heures (comme il aimait le rappeler).


Même l'Unesco ne semble rien organiser en hommage à l'un de ses plus subtils directeurs, fondateur qui plus est de la revue Diogène, largement ouverte sur l'interculturel et l'interdisciplinaire.


A.G.,


Auteur de "Roger Caillois. Des mythes aux collections". A paraître à Paris en mars 2013.


 


 

Chantal Vieuille, éditrice 11/02/2013 10:00



Pourriez-vous me donner les références de votre ouvrage afin que nous puissions en parler. Merci.