Interdire les fautes d'orthographe ?

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

ME0000090254_3.jpgAvec ce titre provocateur, ce nouveau billet pour soutenir les propos défendus par l'écrivaine Danièle Sallenave qui, cette semaine, à la radio dans "Les Matins de France Culture", dénonçait le niveau de l'orthographe de plus en plus bas chez les jeunes, diplômés ou non. Et dans sa chronique matinale, elle ne manquait pas de souligner que désormais, les  Directeurs des Ressources Humaines (DRH) d'entreprises éliminaient les candidatures rédigées avec des fautes d'orthographe, ne prenant plus soin d'étudier les qualités du candidat au poste à pourvoir.

Ce n'est pas la première fois que je souligne l'urgence avec laquelle il faut agir pour relever le niveau de la pratique de l'orthographe !

L'abus des fautes d'orthographe correspond à une désinvolture, pire à un refus de prendre en compte un système de valeurs qui nous permet, en communiquant entre nous, de nous respecter. Le respect des régles de l'orthographe signale un souci de "politesse" à l'égard d'autrui.

User d'un langage riche, d'une phrase élégante,autant de pratiques qui doivent être valorisées tant au niveau de l'enseignement que dans les lieux de vie, famille, associations, etc.

Le pire c'est d'entendre un adolescent vous dire, parce que vous parlez avec des mots choisis : "je ne te comprends pas" Parce qu'il est jeune, et qu'il traverse ce temps difficile où il se replie sur lui-même, l'adolescent a besoin de découvrir, d'apprendre, de se réveiller dans le monde à l'intérieur duquel il va progressivement trouver sa place.

Il est aisé, pour un adulte cultivé, d'osciller entre différents registres de langue. Je me souviens d'un PDG d'entreprise ingénrieur Polytechnicien, qui disait dans les années 80 : "on s'en fout des fautes d'orthographe !"

Non, on ne se fout pas des fautes d'orthographe !

La maîtrise de la langue, de toute langue, doit être présentée comme un plaisir (pour soi, et pour les autres) comme un faire-valoir. C'est pourquoi on ne peut qu'approuver la sélection des lettres de candidatures à des postes de travail par la maîtrise de l'orthographe.

Sans doute, une fois la maîtrise de la langue retrouvée, chez les jeunes et les moins jeunes, la compréhension, et le dialogue entre les générations et les cultures seront facilités. Tel ce jeune garçon, âgé de 11 ans, entré au collège depuis septembre 2009, passionné par le vocabulaire, qui invite, pendant le dîner familial, ceux qui le partagent à parler dans un langage "soutenu"... et de chercher des mots, de remanier sa phrase, et de transformer la conversation du soir en un vrai régal autour des richesses de la langue... A méditer.

Publié dans édition

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article