L'édition de livres érotiques, à la Foire internationale du Livre à Francfort 2012

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

C'est souvent un détail qui signale un phénomène de grande ampleur.

Le détail, c'est celui-là : à la Foire du livre de Francfort, à deux reprises alors que j'étais en rendez-vous sur des stands d'éditeurs étrangers, mon interlocuteur tape sur le clavier de son ordinateur le mot "érotique" pour voir si la fonction "recherche" de mon site dédié au monde universitaire fonctionne. Par deux fois, le test est bon : le mot érotique n'existe pas dans la base de données du site. Chaque fois je me fais la même réflexion personnelle : " pourquoi choisit-il ce mot ?"

Pendant les 4 jours de la Foire du Livre à Francfort (10 au 14 octobre 2012), en fin de journée, les humeurs à la détente, les sourires sur les visages fatigués parce que les bonnes affaires marchent et voilà qu'inévitablement la conversation dévie sur l'événement éditorial 2011-2012, le succès du "Fifty Shade of Grey". Le nom de l'auteur importe peu. Ce qui importe ce sont les millions de copies vendues à travers le monde ; en croisant les agents littéraires, certains révèlent le nom de l'éditeur français qui a déposé sur la table les millions d'euro pour paiement des avaloirs... 

Le succès du "Fifty Shade of grey" est tel qu'on n'aborde pas le sujet du livre, l'érotique SM. Une éditrice me parle d'une prochaine parution érotique, dans une maison d'édition d'Italie, qui va connaître un succès équivalent à celui de "Fifty shade of Grey". De quoi s'agit-il ? Elle me précise que c'est un livre érotique sur la passion amoureuse. Soit.

Le jeudi 4 octobre 2012, dans les colonnes du quotidien suisse Le Temps, on apprend qu'un banquier privé suisse, adepte de pratiques sado maso, a assigné au tribunal, un couple d'albanais, qui s'était chargé de lui organiser 2 soirées SM à la suite desquelles le banquier s'était vu embarqué dans un chantage avec tentative d'extorsion d'argent.Les petits plaisirs lui ont coûté la modique somme de 60 000 francs suisses.

Ca nous rappelle une affaire plus commentée, celle du banquier Stern qui en est mort.

Le monde de l'argent et celui du sexe vont de pair. Pas de plaisir. Pas de désir. Juste des euros ou des francs suisses pour traduire un immense vide intérieur.

Pas de quoi passionner les lecteurs.

Juste de quoi exciter les éditeurs.

Publié dans édition

Commenter cet article

Plumes d Anges 19/11/2012 13:00


Bien triste cette planète là, il nous faut jouer plus fort une autre musique du monde... Bises, belle journée.  brigitte