La Chapelle des Incurables de l'ancien hôpital Laënnec

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Cour_Chapelle_Incurables.jpgEncore une fois, un conflit s'amplifie entre des investisseurs financiers et des défenseurs du Patrimoine.

L'histoire se déroule en plein coeur du VIIe arrondissement à Paris : Entre 2000 et 2002, la Société Allianz a acquis discrétement les bâtiments désaffectés de l'hôpital Laënnec pour mettre en oeuvre une opération immobilière. Au milieu des jardins, s'élève la chapelle des Incurables. Il eût été facile de proposer un accès libre vers la chapelle, laissant aux promoteurs immobiliers toute liberté pour construire une série d'appartements luxueux, au prix de 10 000 à 20 000 euros le m2...

Les promoteurs sont âpres aux gains. Rien ne les arrête ! Ils font savoir aux nombreuses associations qui se mobilisent contre la réalisation de cette opération financière et immobilière, que la chapelle sera louée à une société (?) pour y organiser des évenements (?).

Les habitants du quartier et tous ceux qui à Paris et ailleurs défendent les valeurs patrimoniales se mobilisent pour que la chapelle soit rendue au public et au culte. Mais les bagarres s'annoncent virulentes.

Il faut savoir que cette chapelle outre les objets qu'elle contenait (beaucoup d'entre eux ont été volés) la plupart classés, abrite les sépultures du Cardinal de la Rochefoucauld, celles d’Antoine et Jacques Turgot, de Marie-Etienne Turgot, prévôt des marchands de Paris et initiateur du plan qui porte son nom, de son fils, le grand Turgot dont il n’est pas nécessaire de citer le prénom et celle de Jean-Pierre Camus, évêque de Belley. Cet édifice religieux a été affecté au culte jusqu’à la fermeture de l’hôpital puisque la famille de La Rochefoucauld y a fait encore célébrer une messe par le cardinal Lustiger en 1999.

Actuellement, le groupe Allianz refuse d'ouvrir la chapelle au public. Faisant montre d'obstination, d'entêtement et d'un refus de dialogue, Allianz entre en lutte contre les associations qui dénoncent avec force la manière dont cette opération est conduite depuis le début des années 2000.

Certes, indignons-nous ! L'injonction prend tout son sens dans cette opération qui suscite colère, révolte.

Pour de plus amples informations, nous recommandons le site de La Tribune de l'Art

 

Si vous souhaitez rejoindre ceux qui se mobilisent pour la réouverture de la chapelle, sachez qu'une réunion se tiendra le mardi 15 mars 2011 à 18 heures à la mairie du 7e arrondissement, en présence de Mme Rachida Dati.

 

La photo que nous mettons en ligne appartient à Didier Rykner.

Publié dans édition

Commenter cet article

Plumes d'Anges 14/03/2011 10:12


Et oui, une fois encore,l'appât du gain !!! Le pouvoir de l'argent se croit au dessus de tout et de tout le monde... Belle journée, bisous. brigitte