La création littéraire et artistique est tombée en panne !

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

11996165Avec ce début des années 2000, l'explosion des usages liés aux téléphones mobiles, ordinateurs poratbles et maintenant les tablettes, force est de constater que si d'un côté on peut se réjouir de disposer d'outils performants pour stocker, visualiser, archiver, de l'autre, on ne peut que souligner la pauvreté qui s'étend dans le champ de la création littéraire et artistique. Rien que du "formel", du "conventionnel", du "reproduit", du "repris", du "refait". Il n'y a qu'à s'interroger sur le succès du film français The Artist, lauréat es Oscars aux USA. Pas un iota d'invention. Tout est emprunté à l'histoire. Tout est emprunté aux générations précédentes, comme si la génération actuelle n'était plus en mesure de s'affranchir du poids historique.

La culture underground, si elle doit bien exister quelque part, se trouve étouffée par des volumes massifs de machines et d'images.

L'individu est transformé en consommateur passif.

Le formattage, tel qu'il s'exprime à travers des sites web internationaux qui créent votre maison, votre apparence vestimentaire, votre mode de vie, mais aussi vos livres, vos tableaux, vos musiques, etc... Tout cela tue la part d'inventivité.

Si on y prend garde, le monde technologique nous asservira.

Si on se laisse aveugler par la puissance des réseaux sociaux qui nous invitent à tout montrer de sa vie personnelle, professionnelle, et autres, l'individu perdra le contrôle de sa faculté d'invention.

L'un des atoûts de l'homme est sans aucun doute celui de pouvoir imaginer, rêver, aller de lui-même vers le possible impossible.

Chaque décennie qui s'écoule, depuis le début du XXe siècle, laisse une marque, par ses inventions, entre autres, musicales et picturales. Les dix premières années de l'an 2000 n'ont rien laissé comme trace sauf celle des folies planétaires liées à l'argent et organisées à l'initiative de quelques dizaines d'hommes anonymes.

Nul doute que tout va se calmer, que la régulation du marché de l'art va devoir se produire, entraînant de nouveaux critères pour évaluer la valeur d'une oeuvre.

Nul doute que des créateurs vont réagir contre cette torpeur ambiante au sein de laquelle le pouvoir de l'argent associé à celui des machines, tue toutes les formes de contre-pouvoir, du moins dans les apparences.

Sans doute, l'art  contemporain sous toutes ses formes va-t-il réinventer le temps des Utopies.

Publié dans édition

Commenter cet article

ren 27/03/2012 15:55


Bonjour...


 


Oh, vous  savez,  je me méfie  des propos généralistes...


 


je ne vois pas pourquoi la création artistique  ou littéraire  serait plus en panne  que pour  d'autres périodes,   elle peut  prendre  des formes 
différentes, ça  oui...


 


mooi qui fréquente beaucoup de blogs, je veux  vous  dire  qu'il y a plein de choses  créatives  et interessantes  ( mais peut-être  que l'édition ne les 
voit pas)...  -  j'essaie d'ailleurs  d'en faire  l'écho sur mon propre blog...


 


bien à vous


 


RC