La définition du livre numérique en 2012 n'est pas celle du livre papier

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

533x280Maori.jpg

En ces premiers jours de janvier 2012, l'administration fiscale française a donné officiellement une définition du livre nulmérique pour lui attribuer une TVA à 7%.

A lire de près cette définition, on constate que le législateur applique une technique du copier-coller du livre papier pour définir le livre numérique.

Comme le dit François Bon, cette définition du livre numérique ne vaut que pour le volet fiscal du dossier.

A quoi bon définir le livre numérique ? Il faut parler aujourd'hui de livres dématérialisés. Dès lors qu'on dématérialise un objet, il est évident que ce nouvel objet présente des caractéristiques et des fonctions tout à fait différentes à celles attribués à l'objet physique.

C'est là que l'on peut percevoir les limites de la pensée du législateur.

Ce dernier ne parvient pas à entrer de plain pied dans ce monde où la réalité tangible revêt de nouveaux aspects, dits immatériels.

Le législateur français et européen n'a pas encore pris en compte les nouveaux modes de lecture comme la lecture fragmenéte par article, chapitre, extraits, etc. Qu'on le veuille ou non, il y a un vide juridique manifeste concernant la vente des ebooks.

Le modèle français replié à l'intérieur des frontières géographiques du pays est condamné à mort. Les "ténors" des entreprises numériques se heurtent sans aucun doute à des barrières politiques. La pensée de droite ou la pensée de gauche ont en commun de ne pas parvenir à appréhender le monde immatériel. Deux ou trois personnalités émergent, donnent de la voix, mais le discours est somme toute très pauvre en matière d'intelligence créative.

En ce début d'année 2012 qui voit se préparer une prochaine échéance électorale, on peut regretter que les "ténors" français du numérique soient silencieux  alors qu'au chapitre économique, le numérique soulève d'immenses réalités tangibles en matière d'emplois, et de dynamiques culturelles ! Le numérique aujourd'hui développe des pans immenses de l'ingéniérie du XXIe siècle.

Quelques bloggeurs officiels semblent "acteurs actifs"... Mais que nous disent-ils exactement ?

La stratégie de l'économie numérique à la française repose essentiellement sur le copier-coller américain. A méditer

Publié dans édition

Commenter cet article