La radicalisation de la parole politique dans l'espace du web

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

telechargement-copie-3.jpgSuite à cette page du site Rue 89, consacrée à la radicalisation des commentaires sur les sites internet, même si sur ce blog, le Livre à la carte, est généralement consacré à l'édition, les livres et plus généralement la culture, une fois n'est pas coutume, ce billet apporte une contribution aux informations figurant sur la page de Rue 89.

Sur ce blog, lui-même, régulièrement, je supprime des commentaires rédigés par des utilisateurs qui profitent ou tentent de profiter d'un espace de parole pour diffuser des propos haineux en correspondance avec une pensée nationaliste, néo fasciste. Ces commentaires sont purement et simplement supprimés.

La radicalisation de la parole est issue directement des jeunes (et de leurs parents), souvent confrontés à des situations de précarisations dont les perspectives d'avenir ne débouchent sur rien.

La radicalisation de la parole met en échec le discours humaniste, au point que l'on voit fleurir ici et là des expressions multipliant les références à l'angélisme des politiques de gauche. Ce sont les pensées de solidarité qui sont remises en question, après une ou deux générations qui les ont construites et instaurées.

La radicalisation de la parole des jeunes est un avertissement aux adultes : "vous ne vous rendez pas compte", nous disent-ils.

Le discours incohérent des politiques de gauche et de droite en France sur les sans papiers, ou étrangers en situation irrégulière, sont de plus en plus insuuportables pour des jeunes qui se font voler des téléphones portables, des ordinateurs, des cartes bancaires, des sacs à mains, par des "roms", assis toute la journée sur des matelas étendus sur le voie publique et qui à tour de rôle se relaient pour aller dilapider les passants et les touristes. Ces jeunes là dénoncent le fait que les roms soient ultra protégés. Ce que l'ont voit aujourd'hui dans l'espace public c'est effectivement une dénonciation d'injustices qui pour une catégorie d'adultes, non touchés par les vols de sac à mains dans les magasins, sont invisibles, imperceptibles, inexistantes.

Les jeunes ne comprennent pas certaines phénomènes d'exclusion, comme ils ne comprennent pas les fermetures d'entreprises florisantes et le chomage. Ce sont des combats qui se sont déplacés sur d'autres sujets, d'une génération à une autre.

Les jeunes ne comprennent pas ce monde géré par des banques, des exilés fiscaux, des élites diplômées, des parvenus décisionnaires, qui ne leur parlent plus de projet d'avenir ou d'idéal. A force de penser ainsi, c'est la voie ouverte aux radicalisations les plus tragiques. 

De même, les intellectuels sont coupés de cette jeunesse qui ne fréquente pas les universités. Eux, sillonnent les allées des pouvoirs, aveugles, méprisants. Souvenons-nous de JP Sartre et Simone de Beauvoir qui visitaient les usines et serraient les mains des ouvriers ! Mais c'est peut-être pire que cela : le phénomène de radicalisation de la parole politique trahit une société vide de sens.

Les informations du site Rue 89 sont à diffuser, relayer, méditer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Plumes d Anges 23/09/2013 12:21


Il n'y a pas que les jeunes qui ne comprennent pas ce monde !!! Ce système mené par l'argent et le goût du pouvoir doit s'écrouler pour revenir à notre belle humanité. Ce qui est difficile c'est
ce moment de transistion que nous vivons à l'heure actuelle. Chacun sait qu'on va dans le mur mais personne ne veut rien lâcher. Les gens en général s'accrochent à ce qu'ils connaissent et ont
peur d'aller vers l'inconnu, et les politiques de tous ordres sont en perpétuelles campagnes électorales, la réalité leur importe peu. Que donnons-nous à nos enfants pour qu'ils aient confiance
et pour que la vie ne se résume pas à des jeux vidéos et des téléphones portables ? ... Bises.


brigitte (Une jeune dame de bientôt 58 ans)