Le livre

Publié le par LE LIVRE A LA CARTE

Les fêtes de fin d'année sont une occasion d'offrir des livres, dans le monde entier, du moins dans les pays qui partagent le même calendrier. Quand bien même le livre est entraîné dans une bataille entre le matériel et l'immatériel, celui-ci, perçu comme objet de plaisir, n'est pas condamné à disparaître.

L'avenir va donner lieu à une transformation du métier de l'éditeur, de celui du libraire, sans doute aussi celui du bibliothécaire. Mais l'auteur de texte demeure et demeurera. Encore faudra-t-il qu'il existe des professionnels capables de réaliser la mise en page du texte au format livre, comme une sorte de mise en lumière du sens du texte. Là, dans ce domaine, des inquiétudes peuvent surgir. Car si on maitrise de mieux en mieux les outils de traitement de texte ou de publication assistée par ordinateur, il y a un vide au niveau de la maîtrise de la langue et de la signification du texte. On écrit de plus en plus, certes, mais on rédige de moins en moins. On aligne les mots, on défie les lois de l'orthographe mais on ignore celles du style. Le style d'une écriture est lié à celui du texte, et donne le ton du livre, mais aussi lui suggère une forme particulière. Ces remarques valent pour toutes les langues actuelles. Celui qui comme Flaubert dans la France du XIXe siècle passait des heures à prononcer à voix haute chaque phrase qu'il venait d'écrire, pour la remanier au nom du style (on a retenu le mot "gueuloir", celui-là même que Flaubert employait pour décrire son travail) signale ici l'exigence du style. Le style, c'est l'élégance de la phrase, la richesse du vocabulaire.

Si l'on considère que l'avenir du livre sera sauvé par cette exigence que l'auteur va devoir affirmer pour pouvoir porter haut les valeurs de son texte, on peut également affirmer que le livre va redevenir plus que jamais un enjeu de création avec des papiers et des formats, tels que le livre de l'auteur va triompher par son côté singulier. Le livre va devenir un objet singulier susceptible d'être reproduit par dizaines, centaines voire des milliers d'exemplaires.

C'est pourquoi il importe de lire les manuscrits en fonction du livre à venir. On peut suggérer aux auteurs de réaliser des livres de création, singuliers parmi d'autres singuliers, tout en insistant sur le caractère nécessaire de la lisibilité du texte. Le livre est esthétique. On le regarde, on le touche, on l'apprécie, on le feuillette, on le découvre, on se plonge dans la lecture, on le délaisse, on l'abandonne, on le range sur l'étagère de la bibliothèque, on en parle, on le relit. On le ferme. Ne pas oublier tous ces gestes qui procurent au livre sa force d'existence.

Les livres sont aussi des objets de création.

Publié dans édition

Commenter cet article