Le rêve machiniste de la villa Sylvacane, de style Art Déco

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

28199974facade.jpgC'est un joyau de l'architecture Art Déco : La maison Sylvacane édifiée par l'ingénieur Roger Rougeul, située en bordure de mer, à la Seyne sur Mer, dans les environs proches de Toulon, classée depuis 2004 au Patrimoine du XXe siècle par le Ministère de la Culture en France.

C'est en 1932 que Roger Rougeul (qui était à l'époque directeur des chantiers navals de Port de Bouc) fait l'acquisition de ce terrain (2270 m2 de superficie globale), sur lequel il construit immédiatement un garage. Puis commencent les travaux principaux de 1935 à 1942. Les travaux de finitions quant à eux s'étalent de 1945 à 1947. L'édifice est entièrement conçu par Roger Rougeul qui met ses compétences d'ingénieur au service de l'architecture.

C'est une immense habitation (228 m2 de surface habitable) aux facades blanches, qui épouse les formes d'un paquebot, agrémentée d'un jardin cubiste. Le goût du détail dans la décoration intérieure s'allie à des références omniprésentes au voyage et aux innovations technologiques. Le mobilier intérieur en teck et verre poli avec des subtilités séduisantes est toujours là. Le mobilier de jardin est  conçu en ciment.

Construite en béton armé, le bâtiment est dominé par une tour éolienne destinée au pompage de la nappe d'eau souterraine. Des toits terrasses donnent vue sur le petit port de Tamaris que Georges Sand, naguère, avait élu comme villégiature estivale. 

En visitant la belle demeure, nous renouons avec la mémoire des années 1930. Forcément, nous pensons à la Maison des de Noailles construite par l'architecte Mallet Stevens en 1925, sur la colline d'Hyères de l'autre côté de la rade de Toulon, sur la route qui mène à Saint Tropez.

Ce qui frappe aujourd'hui, ce sont tous les automatismes électriques qui ont été installés par Roger Rougeul et qui témoignent de l'esprit inventif du maître des lieux   L'architecte Rudy Ricciotti écrivait en 1987 à propos de la Maison Sylvacane : "Comment cet ingénieur, directeur du chantier de construction navale de 1926 à 1945, a pu être à la fois brillant technicien, designer distingué, architecte moderne, en étant isolé en province, acteur extérieur au monde de l'architecture et des arts décoratifs des années 1930, et réaliser un pareil ouvrage où plusieurs disciplines sont si parfaitement intégrées ? Ici le rêve machiniste est réalisé. "

Cette maison est à découvrir, lors d'une balade le long du littoral varois.

Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer ICI !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article