Le virage du numérique des éditeurs français

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

images-copie-5.jpgA l'initiative de Flammarion, l'annonce que des livres français vont enfin apparaître sur le Kindle d'Amazon, premeir cyber libraire américain et mondial, montre que les acteurs de l'édition française en matière de numérique adoptent des comportements conformistes et suiveurs.

Alors que les libraires français s'adaptent très bien à l'émergence de nouveaux outils de lecture et que les chiffres d'affaires se maintiennent, alors que les écrivains étrangers et notamment américains soulignent les qualités dynamiques du système français de la circulation des livres, on observera que l'annonce de l'arrivée de livres français sur la machine Kindle est célébrée par la presse comme une sorte de révolution.

Peu de commentaires portent sur le fait que actuellement un seul acteur mondial gère la circulation des livres via un système fermé, le Kindle. Au point d'ailleurs que les éditeurs français ont dû céder sur ce point en acceptant de confier leurs versions numérisés pour qu'elles soient ensuite transformées et mises aux nosmes du Kindle.

Ce sont tous les éditeurs, français et étrangers qui commettent sans doute une grave erreur et se défont de leurs rôles d'éditeurs, le garant de l'intégrité de l'oeuvre.

Un outil fermé de lecture dont le propriétaire unique est devenu l'unique cyber libraire du monde : ca fait réfléchir quant aux pouvoirs du monde d'autant que la politique d'Amazon s'oppose en tous points avec la philosophie du web. Amazon par le biais d'un système dictatorial imposé depuis son ouverture aux éditeurs et aux lecteurs n'en finit pas d'abuser le monde comme toutes les dictatures, qu'elles soient poltiques ou commerciales.L'éthique peut faire bon ménage avec le business.

 

Il faut oeuvrer pour une circulation multi canal des livres, via des systèmes ouverts, français et étrangers, répondant chacun à un besoin régulier, ou aléatoire du lecteur.

Publié dans édition

Commenter cet article