Les manuscrits

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

marie3.jpgJe connais une écrivaine, qui écrit ses manuscrits à la main, puis sur une machine à écrire de marque Canon ; cette écrivaine-là ignore l'environnement du web, ne connait pas l'usage d'internet et range avec précaution tous les manuscrits non publiés dans une armoire métallique à étagères. "Au cas où la maison prend feu", dit-elle" les manuscrits seront sauvés, n'est-ce pas ?" Pendant peut être dix ans encore, nous rencontrerons des auteurs de manuscrits, les vrais, ceux qui ont été écrits à la main. Puis il n'y en aura plus. Les auteurs d'aujourd'hui sont habitués à faire beaucoup trop de choses en dehors de l'écriture du manuscrit. La plupart en réalisent la mise en pages. Ce n'est pas une bonne idée de présenter un texte à un éditeur après l'avoir mis en pages. L'éditeur a besoin de lire le texte dans sa continuité, dans son intégralité, dans sa brutalité.
Désormais les manuscrits avec des ratures, des coupures, des collages, des notes dans les marges, etc, ont disparu. Plus tard, lorsqu'on étudiera les oeuvres d'écrivains, on ne saura plus comment sont nés les livres. Parce que les manuscrits ont disparu. Les ordinateurs sont des machines à vie réduite, quand ils meurent, c'est tout le contenu qui disparaît aussi. A moins d'avoir agi prudemment avec un disque dur de sauvegarde. Mais là encore le boîtier est programmé pour disparaître. Parce que notre mode de vie est configuré de telle façon que nous consommons, que nous produisons, dans l'ignorance de notre devenir, ou pire de notre après... les manuscrits sont en voie de disparition, remplacés par des tapuscrits, prochainement remplacés par des textes anonymes, au format standard, à la présentation classique, sans valeur. Les manuscrits sont devenus des objets rares et précieux.

Le Musée Jacquemart-André accueille, du 11 septembre 2009 au 11 janvier 2010, les chefs-d’œuvre de la collection Brukenthal, l’une des plus prestigieuses d’Europe centrale qui rassemble des œuvres flamandes des plus grands maîtres du XVème siècle au XVIIème siècle : Van Eyck, Jordaens, Bruegel, Memling ou Teniers.

Publié dans édition

Commenter cet article