" #RadioLondres " sur twitter : comment informer ?

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

radiolondresXU.jpgLa journée du 22 avril 2012, marquée par le premier tour des élections présidentielles en France, a vu fleurir de belles expériences en matière de détournement des rénetions d'informations imposées par un système d'organisation politique qui ne parvient pas à gérer le monde immatériel et indiscipliné du Web.

Ainsi pour les abonnés au réseau @twitter, un grand nombre de journalistes français ont diffusé de vraies informations dans un langage codé, inspiré par les messages de radio Londres pendant la secodne guerre mondiale. Inventif, créatif, drôle, astucieux, ce réseau a provoqué une flopée de métaphores magnifiques. Des noms de codes sont attribués aux candidats ! Il faut saluer ll'initiative de nombreux bloggers journalistes, parmi les meilleurs, qui travaillent pour des organismes officiels comme des chaînes publiques, radio et télé et qui ont donné des résultats avérés exacts 2 ou 3 heures avec tout le monde.

En parallèlle, les sites francophones belges de la RTBF et du Soir ont connu des pics de fréqauentation énormes qui ont paralysé les systèmes pendant plus d'une heure en début de soirée.

Tant et si bien que nous avons été nombreux en France à savoir dès le début de l'après midi que le taux du Front national approchait des 20% et que le taux de l'abstention n'était pas catastrophique.

Enfin, les journalistes officiels ont réussi à tenir leurs engagements à ne rien révéler avant 20 heures, heure officielle pour délier les langues et livrer les premiers résultats. 

Et encore enfin, les sondages jusqu'au dernier n'ont pas été capables de cerner le nombre de votants par rapport au nombre des abstentions, ils n'ont pas été capables d'enregistrer la montée à presque 20% du Front national, sorte de bis repetita d'avril 2002.

Qui manipule la gestion des informations ? Quels sont les pouvoirs actifs derrière des pouvoirs visibles ? 

Il est temps que les journalistes nous informent sur de telles questions.

Publié dans édition

Commenter cet article