Une nouvelle renaissance de l'imprimé

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

sans-titre-1244--2000_200x140cm.jpgLes transformations entraînent des peurs d'homme : changements, nouveaux engagements, nouveaux liens, métamorphoses, disparition de modes anciens, apparition de nouveaux concepts.
Autant de mouvements qui en s'imposant comme nécessaires et inéluctables, mettent l'homme face à des interrogations : que vais-je devenir ?
Les transformations actuelles de nos usages culturels préfigurent que le livre ne va plus occuper dans les décennies à venir la place prépondérante qu'il a occupé depuis le XVIe siècle, pour une transmission des savoirs.
La transversalité comme dispositif à venir va permettre au lecteur de bénéficier de nouveaux modes "écran" pour apprendre.
Le livre demeurera à moyen et long terme comme objet de plaisir pour des esthètes, des amoureux du papier, des passionnés du langage.
Il faut peu à peu accepter que le livre soit d'abord un fichier que l'éditeur pourra décliner comme un produit virtuel et un produit livre. Il faut l'accepter sans nostalgie mais au contraire avec enthousiasme car cette post-modernité nous invite à réfléchir et prendre conscience que nous entrons dans une nouvelle ère pour maîtriser les savoirs.
En 2010, les auteurs qui s'adresseront à moi pour concevoir leur ouvrage recevront une proposition pour faire circuler leur oeuvre selon le mode virtuel. Ce ne sera que dans un temps ultérieur que nous envisagerons la mise à disposition de l'oeuvre sous format imprimé. Et plus particulièrement nous nous adresserons aux chercheurs universitaires qui régulièrement produisent des textes que l'édition classique ne peut plus absorber, compte tenu des contraintes très lourdes qui régissent la circulation du livre. A suivre.

En vignette, oeuvre de Marc Desgrandchamps / Sans titre / Huile sur toile / 200 x 140 cm / Galerie Mooser / 2004
 

Publié dans édition

Commenter cet article