Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La radicalisation de la parole politique dans l'espace du web

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

telechargement-copie-3.jpgSuite à cette page du site Rue 89, consacrée à la radicalisation des commentaires sur les sites internet, même si sur ce blog, le Livre à la carte, est généralement consacré à l'édition, les livres et plus généralement la culture, une fois n'est pas coutume, ce billet apporte une contribution aux informations figurant sur la page de Rue 89.

Sur ce blog, lui-même, régulièrement, je supprime des commentaires rédigés par des utilisateurs qui profitent ou tentent de profiter d'un espace de parole pour diffuser des propos haineux en correspondance avec une pensée nationaliste, néo fasciste. Ces commentaires sont purement et simplement supprimés.

La radicalisation de la parole est issue directement des jeunes (et de leurs parents), souvent confrontés à des situations de précarisations dont les perspectives d'avenir ne débouchent sur rien.

La radicalisation de la parole met en échec le discours humaniste, au point que l'on voit fleurir ici et là des expressions multipliant les références à l'angélisme des politiques de gauche. Ce sont les pensées de solidarité qui sont remises en question, après une ou deux générations qui les ont construites et instaurées.

La radicalisation de la parole des jeunes est un avertissement aux adultes : "vous ne vous rendez pas compte", nous disent-ils.

Le discours incohérent des politiques de gauche et de droite en France sur les sans papiers, ou étrangers en situation irrégulière, sont de plus en plus insuuportables pour des jeunes qui se font voler des téléphones portables, des ordinateurs, des cartes bancaires, des sacs à mains, par des "roms", assis toute la journée sur des matelas étendus sur le voie publique et qui à tour de rôle se relaient pour aller dilapider les passants et les touristes. Ces jeunes là dénoncent le fait que les roms soient ultra protégés. Ce que l'ont voit aujourd'hui dans l'espace public c'est effectivement une dénonciation d'injustices qui pour une catégorie d'adultes, non touchés par les vols de sac à mains dans les magasins, sont invisibles, imperceptibles, inexistantes.

Les jeunes ne comprennent pas certaines phénomènes d'exclusion, comme ils ne comprennent pas les fermetures d'entreprises florisantes et le chomage. Ce sont des combats qui se sont déplacés sur d'autres sujets, d'une génération à une autre.

Les jeunes ne comprennent pas ce monde géré par des banques, des exilés fiscaux, des élites diplômées, des parvenus décisionnaires, qui ne leur parlent plus de projet d'avenir ou d'idéal. A force de penser ainsi, c'est la voie ouverte aux radicalisations les plus tragiques. 

De même, les intellectuels sont coupés de cette jeunesse qui ne fréquente pas les universités. Eux, sillonnent les allées des pouvoirs, aveugles, méprisants. Souvenons-nous de JP Sartre et Simone de Beauvoir qui visitaient les usines et serraient les mains des ouvriers ! Mais c'est peut-être pire que cela : le phénomène de radicalisation de la parole politique trahit une société vide de sens.

Les informations du site Rue 89 sont à diffuser, relayer, méditer.

Partager cet article

Repost 0

Lire Paul Eluard - Bac L 2014 et Agrégation lettres 2014

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Nusch-et-l-oiseau.jpgLire Capitale de la douleur de Paul Eluard, pour l'agrégation de Lettres 2014. Et lire Les Mains libres, de Paul Eluard et Man Ray, pour les futurs bacheliers 2014 série L.

Je lis sur certains forums dédiés aux candidats à l'agrégation que certains d'entre eux ont du mal à se familiariser avec l'oeuvre d'Eluard. La part de l'émotion du poète n'est peut-être plus en phase avec les sensibilités contemporaines ?

Eluard appartient à une génération, celle meurtrie par la Seconde guerre mondiale à l'issue de laquelle sa seconde épouse Nusch, muse de la plus grande partie de son oeuvre, disparaît brutalement en 1946. Une génération qui a 20 ans au lendemain de la Première guerre mondiale et qui, pour oublier les corps mutilés des 22 millions de blessés, invente le surréalisme, les jeux du Cadavre exquis, l'amour libre, la déconstruction des formalismes bourgeois. Eluard dénonce les visages exécrables de cette bourgeoisie refermée sur elle-même. Eluard a choisi une vie d'homme libre et révolté. L'amour est la seule dimension dans lequel il tente de forger son identité d'homme.

Pour comprendre Eluard, sa poésie, il faut lire la biographie de Nusch Eluard. Eclairante à bien des égards.

Nusch, portrait d'une muse du surréalisme, de C. Vieuille, suivie d'une étude de T. Baum sur les 5 collages de Nusch, avec des photographies de Man Ray, Dora Maar, etc. PP: 40€. A commander chez le libraire ou sur les sites de librairies en ligne. Disponible immédiatement sur Amazon.

Format ebook en français (16€) à télécharger sur www.artelittera.com

Format ebook en anglais (16€) à télécharger sur www.artelittera.com

Format chapitres PDF (2€ par chapitre) à télécharger sur www.artelittera.com


Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Artelittera à la Foire du livre à Francfort 2013

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

telechargement-copie-2.jpgDu 9 au 13 octobre 2013, la plateforme Artelittera sera présente à la Foire internationale du Livre à Francfort, dans l'espace dédié aux solutions numériques.

Le vendredi 11 octobre, à 15 heures, nous ferons une présentation publique de notre solution devant un parterre d'éditeurs.

Cette année, le président de la foire admet que des changements se dessinent au coeur du métier d'éditeur. En conséquence, les points forts de la foire seront cristallisés sur les solutions innovantes numériques.

En 2012, la plateforme Artelittera avait déjà occupé un stand dans la foire, mais au milieu des éditeurs universitaires européens. Excellente initiative qui a permis de nouer des relations internationales mais cette année en se positionnant dans l'espace numérique, Artelittera bénéficie d'une visibilité beaucoup plus forte. 

Hot Spot Professional & Scientific Information, Hall 4.2. Stand P 90
Hotspot : october 11 / 15 h. to 15 h. 20  :

 

"Why the academic publishers must to sell ebooks by chapters ?"

 

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

L'artiste Jean-Marc Cérino et l'église de Vassieux-en-Vercors

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Couv-Vassieux-0107bHD.jpgC'est un endroit niché dans les montagnes du Vercors dans le département de la Drôme : paysage sauvage qui ne laisse pas indifférent qui le parcourt. Nom d'un village lié à des souvenirs tragiques de la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale.

L'église de Vassieux-en-Vercors, dénommé Notre-Dame-de-l'Assomption a été détruite en juillet 1944 par les bombardements allemands, comme la majorité du village.

En 1950, dans le cadre de la reconstruction de la France, les travaux de remise en état de cette église sont confiés à l'architecte grenoblois Pierre Myassard, prix de Rome.

Depuis, un autre projet a vu le jour, d'un époque plus récente, confié à l'artiste d'art contemporain Jean-Marc Cérino dont l'objectif vise à la refondation de l'ensemble des vitraux de l'église ainsi que ses aménagements intérieurs. 

Jean-Marc Cerino est né en 1965 à Jallieu, il s'installe à Saint-Étienne dans le milieu des années 80. Après des études à l'école supérieure des Beaux-Arts et à l'université Jean Monnet il occupe durant plusieurs années un poste de chargé de mission au musée d'Art moderne de Saint-Etienne avant de devenir enseignant à l'école supérieure des Beaux-Arts de Nîmes. Outre une participation régulière à des expositions en France comme à l'étranger, Jean-Marc Cerino est invité à de nombreux colloques et séminaires. Il réalise plusieurs éditions et projets avec des philosophes contemporains et fait partie du comité de rédaction de la revue "De(s)générations".

Aujourd'hui, est publié un ouvrage entièrement consacré à ce projet artistique ayant fait l'objet d'une commande publique, sous la houlette de Jean-Marc Cérino, engageant l'artiste Carmelo Zagari pour la réalisation d'un retable étonnant.

Pour Jean-Marc Cerino, « être là » à Vassieux, c'est déjà témoigner, mais c'est aussi - par la jeunesse des figures - être une espérance pour l'avenir. : « Témoigner du passé, tout en acceptant la vie sans se résigner ». Leurs visages évoquent la douceur et la gravité chez la jeune femme, l'abandon qui procède aussi bien de l'amour que de l'accablement chez le jeune homme. Ils font référence aussi aux deux témoins du Livre de l'Apocalypse. L'artiste poursuit ses réflexions sur la transparence et la lumière, singularité de son œuvre. La particularité des vitraux tient au fait que ces personnages sont visibles aussi de l'extérieur. "Présence silencisieuse des témoins qui se tiennent là à la frontière entre l'intérieur et l'extérieur, qui regardent à la fois le village et la montagne, mais aussi le choaur de l'église."  (C. Blanchet, Frère Marc Chauveau, o.p.)

Un retable, des vitraux, un autel,
une commande pour le choeur de l’Église de Vassieux-en-Vercors
 
Jean-Marc Cerino - Carmelo Zagari
 
Photographies de Laurent Cerino
 
Textes de Christine Blanchet et Marc Chauveau
 
Format 15 x 24 cm
 
N°ISBN 978-2-9535329-4-4
12,50 euros
 
 
POur commander l'ouvrage directement à l'artiste, merci d'adresser votre règlement :
Jean-Marc CERINO
2, rue Emile Littré
42100 Saint-Etienne

Partager cet article

Repost 0

Qwant, nouveau moteur de recherche, original et inédit

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

qwant-2-copie-1.png

Nous soutenons depuis le début de sa mise en service, le projet du moteur de recherches QWANT, et aujourd'hui voici une nouvelle étape puisqu'il s'agit désormais du lancement de la version officielle.

Comme le remarquent tous les journalistes spécialisés sur la question, dont Press Citron, ce qui fait la différence et toute la différence c'est l'affichage en mode colonnes qui se révèle très agréable, et très riche sur le plan des informations produites à partir de  la requête. La déclinaison des couleurs selon les sources produit également des qualités suplémentaires. Qwant est disponible en 15 langues et possède une evrsion mobile. 

Qwant entre désormais dans la cour des géants, à commencer par le moteur Google. Mais le champ concurrentiel se dote d'une nouveauté à soutenir. 


Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Pinterest, la littérature en partage et autres tableaux

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

images--1-.jpgPinterest, ou l'art des tableaux à épingler pour mettre en valeur ce que vous aimez et, au-delà, une manière de rendre visible les produits que vous vendez sur votre site web.

Pinterest, c'est aussi une communauté d'individus silencieux qui communiquent uniquement par le regard. On insère des images, on compose des thèmes, les tableaux d'images s'organisent, chacun de rendre visite à son voisin, de réépingler une image ou s'abonner à ses tableaux.

Sur les thèmes artistiques et littéraires, les images foisonnent, et c'est un nouveau regard porté sur la littérature. Des écrivains de toutes nationalités, sont largement invoqués, et le surréalisme français, dans de nombreuses langues étrangères , remporte la palme en se laissant décliner en tableaux attractifs. C'est ainsi rendre un hommage juste à un mouvement artistique qui a su véritablement inventé le détournement des images photographiques.

Des écrivains remarquables trouvent sur Pinterest une façon singulière d'exister. Prenez l'exemple d'un écrivain français, Roger Caillois, qui bénéficie d'un florilège d'images pour traduire sa curiosité intellectuelle pour les pierres. Proust, Blanchot, Sartre, Foucaut sont également célébrés par les images. Pinterest offre de belles heures à toute une époque où les intellectuels français savaient captiver l'attention des publics dans les amphithéâtres d'université. Pinterest dédié à la littérature métémorphose les plaisirs des mots en plaisirs des yeux. A méditer.

Une manière douce de faire partager ce que l'on aime ou ce que l'on vend. Dans l'édition, Pinterest aide à promouvoir les livres et les ebooks en présentant les visuels des couvertures.

Artelittera est également présent sur Pinterest

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Amazon : des conditions de travail éprouvantes pour du personnel intérimaire

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Nous relayons cet article publié par le quotidien La Croix

Jean-Baptiste Malet, reporter à « Golias », s’est infiltré dans un centre de distribution d’Amazon et raconte dans son dernier livre les conditions de travail éprouvantes endurées par les intérimaires

4/6/13 - Mis à jour le 4/6/13 - 17 H 14
cle
Centre de distribution d’Amazon à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire)

PHILIPPE MERLE / AFP

Centre de distribution d’Amazon à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire)

 

AVEC CET ARTICLE

 

 Comment avez-vous eu l’idée d’écrire ce livre et pourquoi avoir choisi la méthode de l’infiltration ? 

Jean-Baptiste Malet : Comme tout le monde, je me suis aperçu que les librairies étaient victimes d’une hécatombe. Je considère que le livre est un objet sacré, et pas une simple marchandise. Lors d’un reportage au centre de distribution d’Amazon à Montélimar (Drôme), les salariés refusaient de s’exprimer à l’extérieur de l’entreprise sur leurs conditions de travail car le règlement intérieur le leur interdit. Ce qui est contraire au droit du travail. Dans le livret de l’intérimaire, il est précisé qu’ils ne sont pas autorisés à en parler à leur propre famille.

Face à ce type de management, la seule solution que je voyais était de m’infiltrer dans les rangs des intérimaires recrutés en grand nombre lors des fêtes de fin d’année par le centre de Montélimar, comme l’avait déjà fait une journaliste britannique du  Sunday Times  en 2008.

 Quelles sont les conditions de travail chez Amazon ? 

J. -B. M. : J’ai été embauché au poste de « picker » dont la fonction est d’aller chercher la marchandise réceptionnée par les « eachers » et rangée par les « stowers » dans les rayonnages des immenses hangars (36 000 m2), puis de l’amener à un « packer » chargé de les emballer. Il doit rester debout. Il n’est pas autorisé à s’asseoir. Je travaillais de 21 h 30 à 4 h 50, dimanche compris, et parcourais entre 20 et 25 kilomètres par nuit pour un salaire légèrement supérieur au smic (9,725 € brut de l’heure, contre 9,43 pour le smic).

L’appareil électronique (« scanette ») qui permet d’identifier la marchandise est géolocalisable. Les contremaîtres peuvent ainsi surveiller à quel endroit un « picker » se trouve dans l’entrepôt. Plusieurs fois par nuit, il vient vous informer de votre taux de productivité, enregistré en temps réel. Si un salarié ne respecte pas la cadence, les sanctions peuvent aller jusqu’au licenciement. La pression est telle que nombre d’entre eux souffrent de maux de dos, de dépression…

Les pauses sont rognées par le temps de marche vers les pointeuses situées au bout de l’usine. À la sortie, les salariés doivent parfois passer à travers des portiques pour vérifier qu’ils n’ont rien volé. S’il y a un doute, les vigiles peuvent utiliser des détecteurs de métaux et effectuer des fouilles au corps…

Amazon traite ses intérimaires comme des poulets en batterie, tout en leur disant de s’amuser au travail. Leur « credo » résume bien ce nouvelle forme de paternalisme : « Work hard, have fun, make history » (« Travaille dur, amuse-toi, écris l’histoire »).

 Pourquoi les salariés et syndicats ne s’indignent-ils pas de ces conditions de travail ? 

J. -B. M. : Les intérimaires sont renouvelés de semaine en semaine, ils ont donc peur de perdre leur emploi. D’autant que les centres de distribution sont installés dans des régions durement frappées par le chômage. Amazon offre des bons d’achat sur le site de commerce en ligne de 30 ou 40 € pour les plus méritants, et leur fait miroiter un CDI. Mais sur les dix personnes avec lesquelles j’ai gardé le contact, aucun n’a obtenu un emploi stable. Lors des fêtes de fin d’année, nous étions 1 200 intérimaires pour 350 CDI environ. Amazon utilise le nombre d’intérimaires pour l’englober dans les chiffres d’emplois créés. Pour ceux-ci, ils ont d’ailleurs touché des aides de la région et du département.

Quand les syndicats ont su que j’étais journaliste, ils n’ont plus voulu me parler. Mais ils essayent de faire avancer les choses. Dans le centre de Saran (Loiret), un travailleur a été fouillé de façon arbitraire. Les organisations syndicales ont réagi. À Montélimar, il a fallu une grève de la CGT pour que l’entreprise allume le chauffage dans les locaux l’hiver.

 Pourquoi vendre votre livre sur Amazon ? 

J. -B. M. : Pourquoi ne pas le vendre sur ce site. Après tout, il vend aussi des codes du travail…

  
En Amazonie. Infiltré dans le meilleur des mondes, Éd. Fayard. 155 p., 15 €.

 

Recueilli par STÉPHANE DREYFUS

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Défendre la parution de la Quinzaine littéraire

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Nous relayons ci-dessous le message lancé par Maurice Nadeau, infatigable éditeur né en 1911, engagé dans la défense de la littérature française et étrangère, dont l'entreprise, parmi toutes celles qu'il a fondées, se trouve plus que jamais menacée par des réalités économiques, et financières. Sans doute y-a-t-il parmi nous, une femme ou un homme pour apporter une aide heureuse et efficaceafin d' empêcher le désastre de se produire.

C’est de mort, en effet, qu’est menacée La Quinzaine littéraire : pas dans six mois, pas dans un an, comme elle l’a souvent été durant les 47 années de son existence, mais dans les semaines qui viennent. Liquidation judiciaire ou dépôt de bilan, suspension de la parution.

Rien d’étonnant dans la situation actuelle de la presse écrite, rien d’étonnant pour un périodique qui n’a jamais voulu se mettre "au goût du jour".

En effet, depuis 1966, La Quinzaine littéraire n’a cessé de défendre une certaine qualité de l’écriture et de la pensée, et de privilégier la lucidité dans tous les domaines du savoir. Et cela grâce au concours de plus de 800 collaborateurs : écrivains, universitaires, journalistes.

Allons-nous nous laisser faire et voir disparaître le journal ?

Notre conseil juridique propose une solution qui permet à notre société, la SELIS, et à La Quinzaine, de poursuivre leur activité. Elle a fait ses preuves chez d’autres médias. Elle consiste en la création d’une société participative comportant deux collèges (l’un regroupant les lecteurs et amis de la Quinzaine, l’autre les collaborateurs) pour recapitaliser la SELIS. Par l’intermédiaire de cette société, chacun – ami ou écrivain collaborateur – pourra devenir actionnaire et propriétaire de "son" journal.

Cette proposition a notre agrément. Elle va dans le sens des convictions d’indépendance que nous avons toujours défendues depuis 1966. Il reste à la mettre en œuvre. Pour nous aider dans cette tâche, nous avons reçu le soutien d’un homme de presse, Philippe Thureau-Dangin, ancien président de Courrier international et de Télérama.

Cher lecteur, cher collaborateur de La Quinzaine, le temps presse. Nous comptons sur votre participation, sur vos initiatives pour faire connaître La Quinzaine, sur votre dévouement pour l’aventure intellectuelle et littéraire qui est la nôtre. La vôtre.

Dès à présent, pour manifester votre soutien à la société en cours de formation, vous pouvez vous rendre sur le blog de soutien au journal qui sera prochainement en lien avec la plateforme de financement participatif en ligne ou bien envoyer un chèque à l’adresse postale du journal  à l’ordre de la "Société des collaborateurs et lecteurs de La Quinzaine littéraire (SCLQL)". Le montant minimum est fixé à 100 €. Pour tout versement inférieur à cette somme, vous pouvez envoyer vos dons à l’Association des Amis de La Quinzaine .

À vous donc de prendre la parole. À vous de prouver que vous ne laisserez pas mourir La Quinzaine littéraire !
 

Maurice Nadeau

 

* Voir aussi : http://www.quinzaine-litteraire.presse.fr

Partager cet article

Repost 0

Les Cœurs suspendus de Myriam Gallot

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

coeurs-surpendus.jpgCertains livres, comme celui-ci, font partie des petits bonheurs qui tombent dans la main. De passage devant une librairie parisienne, en plein coeur du Quartier latin, réputée pour ses livres d'occasion, en cherchant dans les bacs à livres, sans chercher véritablement, là soudain, je tombe sur ce livre, tout propre, tout neuf, comme égaré sur l'étal. En deux secondes, je me l'approprie. Je ne sais quoi me dit qu'il faut l'acheter. Le nom de l'éditeur, inconnu pour moi, me laisse penser que c'est un bel ouvrage.

Je n'aime pas lire des livres de nouvelles.

Or Les Coeurs suspendus de Myriam Gallot se compose de 15 nouvelles. Mais des vraies nouvelles, comme on en lit rarement. Car la nouvelle est un art de l'écriture, un fragment, non pas condensé d'un long récit. C'est une écriture resserrée, qui pique dans le vif, sans détour. Une écriture immédiate, sans compromis. L'écriture de Myriam Gallot, un vrai écrivain, à n'en pas douter, est de cette facture.

Les Coeurs suspendus, un livre de 267 pages, est une chronique des solitudes. Ces solitudes qui recouvrent les corps, qui grisaillent les regards et qui fripent la peau et courbent la nuque. Ces solitudes pesantes qui éclairent le visage de l'autre, celui qui est parti, forgent des êtes fantômes, qui se mettent en retrait de la vie, parce que cette vie là avec l'autre qui est parti aurait forcément ressemblé à l'absurde.

Les Coeurs suspendus est un texte illustré des dessins de Jean-Philippe Bretin. Une supplément d'âme. Une cohabitation délicieuse entre les mots et l'image. Tant et si bien que j'ouvre le livre uniquement pour regarder l'image.

Les solitudes de Myriam Gallot ont le visage de tout le monde. Ce ne sont pas des histoires tristes. Ce sont des histoires de vie, qui n'ont pas pu s'écrire autrement, parce que sans doute l'autre est absent, l'autre n'est jamais venu, l'autre est parti, l'autre est mort. Les solitudes de Myriam Gallot sont colorées de sourires, de poésies, de réalisme et de surréalisme. Parce que toutes les solitudes se racontent, comme ce chauffeur de limousine à Paris qui prend en charge "un petit client", c'est marqué ainsi sur le bon de commande que lui a remis son patron... Le petit client va enfin arriver dans un flot de voyageurs en provenance de New York.. Une jeune femme de type hispanique vient rejoindre le chauffeur de limousine qui comme tous les chauffeurs a hissé sa pancarte au dessus de la tête des gens pour être reconnu... et lui présente le "petit client" ..."assis dans le panier du chariot, il était habillé comme un gosse de riches, avec des vêtements écossais en tweed épais fermés par des boutons en corne". Imaginez alors un couple formé par un dame hipanique et un bichon maltais, identifié comme étant le "chien de Lauren Baccal"... Et le bichon maltais par la voix de sa maîtresse ordone qu'on lui montre les hauts lieux de Paris, tel un touriste fortuné. 

Les solitudes ont le visage d'une femme ou celui d'un homme. Les solitudes alourdissent les corps et les coeurs. Cette écriture vaut d'être lue parce qu'elle est singulière. Le temps d'un long week end, dans les parfums d'un paysage de Provence, à l'écart des villes. Ca réconcilie forcément avec les désirs des autres. 

Editions Noviny44. A suivre sur facebook : https://www.facebook.com/pages/Les-%C3%A9ditions-Noviny-44/133966692544?group_id=0

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Enseignement en français ou en anglais ?

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

L’article 2 du projet de loi pour l’enseignement supérieur et la recherche introduit la possibilité de dispenser davantage de cours en langue étrangère et plus précisément en anglais. L’Académie française et le SNESUP, notamment, ont dit leur opposition, quand la CPU et la CGE estiment qu’il faudrait aller plus loin pour attirer plus d’étudiants étrangers.

Des intellectuels parmi lesquels Jacques Attali crient à la stupidité d'une telle proposition.

Il y a de quoi s'interroger : que des enseignements académiques se déroulent librement et volontairement en anglais, à l'université ou dans des grandes écoles, il n'y a que du normal.

Que l'enseignement supérieur se déroule systématiquement en anglais, là, ce n'est plus normal.

220 millions de personnes parlent français dans le monde.

Selon des chiffres obtenus à partir du site Campus France :

En 2009, on comptait3 324 871 étudiants internationaux dans le monde.

• Ce nombre a augmenté de 31,3%depuis 2005.

• Le premier continent d’origine des étudiants en mobilité est l’Asie, suivi par l’Europe et par l’Afrique.

• Les Chinois, puis les Indiens, les Sud-coréens, les Allemands et les Malaisiens sont les plus nombreux à étudier à l’étranger.

• Les pays qui accueillent le plus d’étudiants internationaux sont les Etats-Unis, suivis parle Royaume-Uni, l’Australie, la France et l’Allemagne. La France, qui occupait la 3place depuis 2006, est passée en 4position des pays d’accueil en 2009.

• De façon générale, dans les cinq premiers pays d’accueil, les étudiants internationaux se répartissent de façon à peu près égale (50/50) dans les niveaux Licence et Master-Doctorat.

• Le premier pays d’origine des étudiants internationaux inscrits aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en Allemagne est la Chine.

• En France, la Chine est le deuxième pays d’origine après le Maroc.

• La France est le deuxième pays d’accueil et d’origine des étudiants Erasmus.

A ce jour nombre d'étudiants étrangers viennent étudier en France, notamment les Chinois, pour soutenir une thèse de doctorat, diplôme fortement valorisé dans leur pays d'origine, précisément parce qu'il a le label de la France.

Pour exemple et information, je donnerai le cas de cet étudiant taïwanais, qui a soutenu un master 2 en Esthétique à Paris en 2012 en français (un niveau supérieur de langue supérieure , un niveau supérieur de culture française) et qui, à ce jour, cherche en vain un directeur de thèse pour soutenir un doctorat sur un sujet complexe mais passionnant qui met en jeu plusieurs disciplines, esthétique, neurosciences, sociologie, basé sur la perception à travers 4 corpus d'oeuvres d'artistes contemporain de Taïwan. Cet étudiant, autonome financièrement, travaille comme commissaire d'exposition au Musée d'art contemporain de Taïwan. Il a besoin de ce diplôme français pour consolider son statut professionnel à Taïwan. Aucun des directeurs de thèse sollicités jusqu'à présent ne valide son sujet, par manque de temps ou de compétences sur le sujet. L'étudaint taïwanais vient de recevoir une proposition pour soutenir sa thèse en français aux Pays-Bas !

La pensée exprimée en français peut circuler dans le monde et faire un excellent contrepoint à la pensée de langue anglo-américaine.

A méditer, en toute sérénité.

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>