Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Louis Wolfson, écrivain américain écrivant en français

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

index-copie-3.jpgAuteur : Louis Wolfson

Titre : Ma mère, musicienne est morte de maladie maligne à minuit, mardi à mercredi, au milieu du mois de mai mille977 au mouroir Memorial à Manhattan

Editeur : Editions Attila, 2012 (publié en 1984 par les éditions Navarin)

 

En 1977, meurt, des suites d'un tumeur ovarienne, la mère de Louis Wolfson, qui a publié un premier livre en 1977 chez Gallimard, Le Schizo et les langues.

Après le décès de sa mère, Louis Wolson s'installe à Montréal où il poursuit sa pratique obsédante des paris hippiques. Il entreprend l'écriture de la chroinique de la maladie de sa mère à partir d'un carnet de notes qu'elle avait elle-même rédigée à propos de l'évolution de sa maladie, de ses rendez-vous en chimiothérapie, etc.

Ce livre est sidérant.

La schizophrénie du narrateur construit un monde curieux, avec des obssessions, des rythmes, des déplacements dans la ville, des réflexions. Il y a le récit de la maladie qui identifie le personnage de Rose, la mère de Louis Wolfson, et, avec la maladie, des lieux comme l'hôpital, la maison de convalescence et l'appartement familial. Puis il y a un autre récit mis en scène par la pratique des paris sur les champs de courses  que Louis Wolfson réalise tous les jours sur l'hippodrome de New York.

De l'obsédante pratique des paris sur les chevaux à la maladie de Rose, sans rémission, toujours galopante, il y a un monde où la coupure entre le narrateur et le monde structure une vie quotidienne dépourvue de parole, d'échange, d'affect, de désirs. La maladie de Rose est examinée par le narrateur "à la loupe", via des ouvrages médicaux qu'il lit. Il sait tout de la maladie de sa mère, vocabulaire médical, nom des médicaments et label des laboratoires pharmaceutiques. Il est question de maladie mais pas de souffrance. D'ailleurs à aucun moment Rose en semble souffrir. C'est comme si la maladie était une autre Rose. Dédoublement.

Chez Wolfson, il n'y a aucun désir. Il n'y a pas d'autre femme que Rose. Il n'y a pas de sexe. Il y a des trajets, toujours les mêmes, des déplacements dans la ville pour se rendre soit à l'hôpital soit à l'hippodrome, avant d'aller dans sa chambre se coucher. Il n'y a pas de voyage, pas d'errance, pas de vagabondage. Tout déplacement est justifié par la réalité de l'action à faire : aller rendre visite à sa mère ou aller faire des paris. C'est le narrateur qui se présente ainsi. Le tout écrit dans une langue française singulière. Le langage trouve sa personnalité dans la singularité du propos. Des mots obssessionnels, comme "le couple" dès lors qu'il y a deux personnes, deux choses, etc... L'étude de cette expression dans la langue de Wolfson mériterait presqu'un livre à elle toute seule !

Ce livre est époustouflant.

L'obssession est prenante. Parfois ça s'essouffle. Le lecteur s'ennuie sans doute à suivre le narrateur dans ses pérégrinations sur l'hippodrome. Mais il y a une force attractive, un je ne sais quoi qui résonne fortement au point que l'on s'intérroge : Serait-ce là dans ce territoire sans équivalent, à l'écart des modes et des conventions que pourrait se produire un fait littéraire du XXIe siècle ?

La maquette de l'ouvrage est très élégante, une réussite à saluer (j'adore les éditions Attila). Le texte est enrichi par des photographies en noir et blanc, des documents personnels de l'auteur-narrateur attestant sans doute du jeu entre les récits.

Une fois la lecture achevée, on a besoin de rire pour s'alléger du poids de la complexité dans laquelle le narrateur entraîne le lecteur.

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Les livres numériques, pour la rentrée 2012

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

En ce début septembre 2012, les journalistes soulignent le fait que les éditeurs français sont nombreux à proposer des livres en version papier et en version numérique.

D'où le fait que le public, se promenant d'une librairie en ligne à l'autre, puisse voir uniquement une dizaine de couvertures de livres, en pages d'accueil, désignés comme étant les best sellers de la rentrée, représentés par Angot, Nothomb et autres. La librairie en ligne  réduit la vitrine du libraire qui, par chance, peut détourner le public d'une culture de masse forcément pauvre, vers quelques joyaux de la littérature contemporaine. Ce que le libraire en ligne ne prend pas le risque de faire, car il raisonne en terme de massification.

Est-ce pour autant que le monde des éditeurs français a décidé de mettre en place une politique en faveur du numérique ? Rien n'est moins sûr !

En simultané, voici de nouveaux éditeurs, que nous ne citerons pas, qui ouvrent leur maison d'édition en ligne et qui proposent des parutions au format PDf ou epub offrant, à leurs auteurs, l'avantage d'être rapidement référencés sous une masse de volumes déjà référencés sur la toile.

L'édition numérique engendre des tourbillons, des désordres, des mouvements désordonnés "tous azymuts".

Il est possible que le temps qui passe ne retienne rien, mais absolument rien, de toutes ces initiatives.

 

Ce qui est certain c'est que la pensée dominante dans l'édition numérique est américaine.

Ce qui est certain c'est que la culture des livres circule aujourd'hui selon des formatages mis au points par des développeurs.

Le libraire en ligne, pour le moment, est loin de jouer le rôle de conseiller ou de passeur de livres, comme le libraire peut l'être dans son magasin.

A feuilleter les pages d'une librairie en ligne, on éprouve rapidement un certain ennui, né de la ressemblance, du mimétisme, du déjà vu... Forcément, tout cela va finir par disparaître !

Ce qui apparaît, c'est qu'il n'existe pas d'éditeurs français porteurs d'un véritable projet éditorial, dans l'édition numérique, si l'on admet qu'un éditeur, au sens classique du terme, est "un passeur de textes".

Mais au fur et à mesure, à travers le monde, sans doute pas en France qui vieillit et prend du retard, des intitiatives vont émerger pour rendre visibles des textes, sous un format dématérialisé. Des textes témoins de notre monde, de notre curiosité intellectuelle.A regarder de près !

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Le Collège Cévenol ne doit pas disparaître

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Le Collège Cévenol est sans aucun doute le seul établissement en France qui tienne compte de la personnalité complexe des adolescents. Les parents, déçus par le système scolaire classique, incapable de prendre en compte les nouveaux besoins des jeunes, découvrent au sein de cette expérience pédagogique unique en France, un lieu exceptionnel d'écoute et de dialogue.

 

C'est un lieu d'humanisme et de tolérance.

• Humanisme
L’éducation du Collège a pour objectif de mettre en place l’Homme en tant qu’acteur responsable
de sa propre vie et de l’intérêt commun de son entourage. Education à la paix et à la non violence, équité, proximité, dialogue, lien social sont les mots-clés qui constituent la base de cet humanisme engagé.
• Tolérance
Au Collège, la tolérance est un réel état d’esprit partagé par tous, élèves, enseignants et personnels.
Il se concrétise par la volonté d’ouverture vers autrui en admettant des manières de penser et d’agir différentes des siennes.

Fondé en 1938 par les pasteurs protestants Edouard Theis et André Trocmé pour permettre aux élèves du plateau Vivarais-Lignon de poursuivre sur place leurs études secondaires. Pendant la seconde guerre mondiale, les idéaux de paix et de non violence prônés par les fondateurs prennent tout leur sens. Le Collège Cévenol est alors un maillon
essentiel de l’action d’aide aux réfugiés juifs menée par les habitants du Chambon-sur-Lignon et des communes avoisinantes, ce qui vaudra au village d’être déclaré “Juste parmi les Nations“.
Le Collège accueillera également des jeunes réfugiés espagnols, hongrois et chiliens.
Collège-Lycée international privé, l’établissement est sous contrat d’association avec l’Etat depuis 1971.
Depuis la création du Collège Cévenol, son idéal fondateur est respecté et sans cesse renouvelé.

 

La vie sur le campus
• Capacité d’accueil : 250 élèves
dont 120 internes
• Chambres de deux élèves réparties
en petites unités
• Une salle pour chaque classe
• Infrastructures sur 15 hectares
en pleine campagne
• Un état d’esprit ouvert et motivant
• Organisation de soirées “Internat“
• Un foyer convivial et accueillant
• Suivi permanent et personnalisé
de chaque élève
• Une mixité sociale et interculturelle
enrichissante

 

Aujourd'hui, nombre de jeunes déscolarisés ou sur le point de l'être parce que démotivés par une école qui n'en finit pas de vieillir, auraient besoin de s'épanouir dans un tel lieu où les apprentissages sont prioritaires. On ne parle pas suffisamment de cette expérience pédagogique menée avec énergie et talent depuis des décennies, contre vents et marées. Il faut soutenir le Collège international Cévenol !

 

Scolarité francaise en France, internat filles et garçons, tennis-études.Collège Lycée Cevenol International du Chambon sur Lignon France.

 Chemin de Luquet  43400 Le Chambon-sur-Lignon

04 71 59 72 52

 

Partager cet article

Repost 0

Retrato de Nusch Eluard

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

 

 

La inspiración para la vida y obra del poeta Paul Éluard

"Nusch encarna un poderoso vínculo de posesión-dominación erótica que la une a Paul. Paul sueña. A Paul le gusta soñar con el cuerpo de Nusch. Goza al pensar en el cuerpo de Nusch gozando. Paul y Nusch comparten secretos eróticos impublicables que sellan su juramento de amor. Todo tipo de rumores circulan en torno al poeta desde que comparte sus días y sus noches con Nusch: pervertido sexual, obseso, amante de las orgías, libertino... pero también impotente". Más allá de unos cuantos collages, la verdadera obra creativa de Nusch (1906-1946) fueron sus años de convivencia con Paul Éluard. En ellos, rompiendo todos los tabúes que la sociedad imponía a la mujer de su tiempo, Nusch hizo de su cuerpo una página en blanco donde el poeta proyectaba el amplio abanico de sus deseos eróticos y encontraba inspiración para su vida y sus poemas. Chantal Vieuille realiza un ejercicio de recomposición biográfica sobre quien fuera icono del surrealismo gracias a las fotografías de Man Ray o Dora Maar, a los retratos firmados por Picasso, Miró o Magritte, y a los dibujos de Dalí o Roland Penrose. En él, llena de claroscuros, vibra la presencia aún bella, mágica y radiante de una de las figuras más enigmáticas de la cultura francesa del siglo XX.

Cet ouvrage en espagnol est la première édition étrangère du livre : Nusch, portrait d'une muse du Surréalisme, de Chantal Vieuille, texte suivi de Les Collages de Nusch, de Timothy Baum. Disponible en français dans toutes les librairies, mais aussi par téléchargement sur Google Play. Et directement chez ARTELITTERA (voir www.artelittera.com)

 

Sello: Circe
Colección: Biografía
Autor: Vieuille, Chantal
Formato: 15,7 x 23,8 cm
Páginas: 120
Presentación: Rústica con solapas
ISBN13: 978-84-7765-289-2
Más información: info-librerias@oceano.com

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Setsuko Klossowska de Rola expose à l'Atelier Cézanne, Aix-en-Provence

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

 visuel expo setsuko 2012Du 6 juillet au 26 août 2012, l'Atelier Cézanne rend hommage au peintre Balthus en présentant une exposition des peintures de sa femme Setsuko Klossowska de Rola, rencontrée au Japon en 1962, à l'occasion d'un voyage officiel d'André malraux alors ministre de la Culture en France. Balthus était alors directeur de la prestigieuse Villa Médicis à Rome. La jeune étudiante japonaise, "élevée dans un contexte traditionnel mais éprise de culture occidentale", bascule alors dans un nouveau monde. Balthus en fait son épouse en 1967, sa compagne quotidienne dans l'atelier, la muse de sa peinture, la mère de sa fille.

En 1977, alors que s'achève leur séjour en Italie, Balthus et Setsuko Klossowska de Rola cherchent à s'installer en Suisse. Lors d'un déplacement dans les montagnes suisses, le couple s'arrête pour déjeuner dans un restaurant hôtel installé à l'intérieur du plus grand châlet en bois de la Suisse à Rossinière. Tous deux tombent sous le charme de l'établissement. Le propriétaire leur apprend que le lieu est à vendre. Balthus achète alors sur les conseils de son épouse, la belle bâtisse, y compris le mobilier et la vaisselle ! C'est là dans ce chalet  du XVIIIe siècle aux 113 fenêtres, classé Monument historique, que Balthus termine sa vie en 2001. Aujourd'hui la belle demeure où Setsuko poursuit son oeuvre personnelle de peintre, accueille la Fondation Balthus dans le grand salon.

Setsuko Klossowska de Rola est une femme unique, dont le charme envoûte tous ceux qui la rencontre. D'une intelligence magnifique, faite de curiosité, de joie, de vivacité intelectuelle, sa peinture, toute dominée par les principes académiques du Maître Balthus, lui-même peintre figuratif du XXe siècle, se lit comme un travail classique, avec une maîtrise de la technique. Ce sont des scènes de vie intérieure avec la nature morte comme axe principal.

Et pour moi qui ai rencontré Setsuko Klossowska de Rola dans son chalet, en novembre 2001, j'y retrouve la couleur des murs, le silence qui régne dans la maison, le cérémonial désuet et enchanteur qui accompagne la vie des jours, le raffinement d'un autre temps et le visage rayonnant de la maîtresse des lieux.

Naguère, Setsuko est remarquée par la presse et les visiteurs de Balthus comme "la muse du peintre", celle qui passe son temps dans l'atelier , pour servir le peintre car Balthus est un homme d'autorité puissante.

Aujourd'hui le communiqué de presse rédigé par l'Atelier Cézanne qui pésente cette nouvelle exposition, compare le rôle de Setsuko auprès de Balthus, à celui du "garçon d’atelier"(Setsuko assiste Balthus dans son travail : elle broie les pigments à sa demande, toujours présente dans l’atelier de Balthus, elle apprend avec lui les secrets des couleurs, de la lumière, le métier de peintre). Ce terme au genre masculin choisi par Setsuko, dominée par une féminité puissante, aujourd'hui pour définir sa place dans l'atelier, renvoie à la tradition de la peinture de la Renaissance italienne (Balthus se référait principalement à l'âge de la Renaissance) ; c'est donc un hommage à la tradition picturale qui est traduite ici mais pas seulement ; l'expression porte  un autre sens, celui que lui assigne une femme qui entend balayer une étiquette de femme soumise au profit d'une femme moderne, contemporaine, vêtue certes du costume tradionnel de la japonaise, mais ancrée dans notre temps, et capable de transmettre une oeuvre originale quand bien même elle fut à l'origine, façonnée par les enseignements du Maître Balthus. 

Fruits de ses expériences, les tableaux de Setsuko sont des regards posés sur un petit monde, le grand châlet de Rossinière. Elle y met en scène des émotions simples et toujours pleinement vivantes, comme la grâce, l'intelligence sensible, l’harmonie entre l’Orient et l’Occident.


Des expositions des œuvres de Setsuko ont eu lieu à Rome – Galerie II Gabbiano, 1979 ; New-York – Galerie Pierre Matisse, 1984 ; Lausanne – Galerie Alice Pauli, 1986 ; Tokyo – Takanawa Prince Hotel, 1989 organisée par Seibu et The Lefevre Gallery ; Londres – The Lefevre Gallery, 1992 ; Paris – Hôtel Salomon de Rothschild, LVMH, 1993 ; Genève – Office de Nations Unies, Palais des Nations, 2001 ; Paris – Pierre Passebon – Galerie du Passage, 2011.

 

Exposition
Setsuko Klossowska de Rola


Entrée Libre
(pour l'exposition Setsuko uniquement)
10h - 12h et 14h - 17h

Atelier de Cézanne
9 avenue Paul Cézanne
13090 AIX EN PROVENCE
Tel. +33 (0)4 42 21 06 53
www.atelier-cezanne.com

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Les imbéciles ont pris le pouvoir, ils iront jusqu'au bout ! de Georges Vignaux et Pierre Fraser

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

images-copie-13.jpgLes imbéciles ont pris le pouvoir, ils iront jusqu'au bout !

Texte de Georges Vignaux et Pierre Fraser

 

Les auteurs Pierre Fraser et Georges Vignaux présentent leur dernier ouvrage, sous format numérique et disponible (pour le moment !) uniquement sur Amazon Kindle.

Les auteurs:  Georges Vignaux est logicien cognicien et linguiste et directeur de recherche honoraire au CNRS, Paris, France ; Pierre Fraser est chercheur en sociologie et sciences cognitives à l'université de Laval à Montréal, Canada.

 

Tous deux ont la conviction que les imbéciles vivent heureux dans un monde qu’ils dominent ! Vous en doutez? Vous ne devriez surtout pas ! Pourquoi ? Parce que les imbéciles sont porteurs de catastrophes. De multiples signes les annoncent. Nous ne savons pas les lire, les interpréter. Et pourtant, la veulerie généralisée, l’argent qui fait la loi, la télévision qui fait les opinions, le chômage massif des jeunes, les retraités à l’abandon, la multiplication des pauvres sont là.

Autant de catastrophes déjà arrivées auxquelles on nous promet de remédier sans jamais le faire. On préfère "disneylandiser" le monde pour subvenir à l’enchantement des imbéciles.

Cela ne peut durer : une révolution est inéluctable ! C’est à chacun de prendre son destin en main, en prenant d’abord conscience des choses. Georges Vignaux et Pierre Fraser vous proposent donc un petit traité de vigilance en temps de catastrophes. Ils vous convient également à une réflexion sans compromis, parfois cinglante et cynique, mais toujours à propos. Ce que vous découvrirez, c’est que les imbéciles ne sont surtout pas ceux auxquels vous auriez pensé en premier lieu, les politiciens. Ils sont d’un tout autre ordre ! Ils sont même dans votre cour, à votre table, au bureau, partout...

 

  "Les auteurs font le pari que le monde de l’édition est en pleine transformation et que ceux qui écrivent doivent retirer plus de leurs œuvres que les intermédiaires"

Format numérique disponible au prix de 5.50 euros.

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Documenta 13 à Kassel - Allemagne

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

d7c515ca52-copie-1.jpgLa Documenta avait été initiée en 1955 pour réconcilier l'Allemagne avec  l'art contemporain, après le traumatisme de l'art dégénéré subi à partir de 1937, pendant la période nazie.

Depuis,  cet événement singulier, la Documenta, qui revient tous les 5 ans, se structure chaque fois davantage pour répondre aux préoccupations du monde.

La Documenta est un événement artistique qui se place dans le politique.

Le monde n'est rien sans les poètes, sans les artistes.

La Dokumenta offre un espace inédit où les pires des folies sont permises, où les utopies deviennent possibles et où la répression politique est im-pensable. Les disciplines se croisent et se parlent. Le marché de l'art est lié à la finance et les artistes de la Dokumenta transforment l'argent en monnaie de vie, de terre, de papier, de bois... La beauté et l'intelligence n'ont pas de prix.

Ca se passe du 9 juin au 16 septembre 2012.

 

http://d13.documenta.de/#welcome

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Exposition Albrecht Dürer à Nuremberg jusqu'au 2 septembre 2012

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

images-copie-12.jpgA Nuremberg en Allemagne,  au Germanisches Nationalmusuem, se tient une grande exposition consacrée aux oeuvres de jeunesse de Dürer. 

Né dans la ville en 1471, l’homme se voit représenté par 120 œuvres, provenant de 51 musées. L'exposition dure jusqu’au 2 septembre 2012.

Peintre des premières heures de la Renaissance, mais aussi graveur et mathématicien, il met ses connaissances scientifiques au service de l'art. Il est à l'origine d'une découverte extraordinaire, les lois de la perspective. Il va même jusqu'à construire une "machine à perspective". A Nuremberg où Dürer est éduqué, un centre intellectuel, ouvert au nouvel humanisme, forge l'esprit curieux du jeune homme.

Cette exposition à découvrir nous rappelle l'intelligence et l'esprit d'avant-garde de cet artiste qui inaugure le genre de l'autoportrait.

 Cette exposition se concentre sur la période de jeunesse d’Albrecht Dürer, de 1484 à 1505. Elle rassemble 200 tableaux, aquarelles, dessins et gravures au total, dont 120 du maître. Le reste provient de ses modèles, professeurs ou compagnons de route.

Parmi les toiles exposées figurent des chefs-d’œuvre tels que L’adoration des mages (prêté par la Galerie des Offices de Florence), le cycle de L’Apocalypse et les autoportraits. Le parcours englobe aussi les portraits de famille et d’amis, les études de la nature et les grands récits dramatiques. L’artiste apparaît ainsi tour à tour comme peintre, dessinateur, artisan d’art, peintre sur verre et même... homme d’affaires. Un partie de l’exposition est, en effet, consacrée au talent commercial de Dürer, qui sut utiliser les « nouveaux médias » de son temps pour promouvoir son travail et vendre ses œuvres à prix d’or.

A voir absolument avant la fin de l'été !

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

TEDx Universités Paris 2012

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

images-copie-11.jpgComme le faisait remarquer l'animateur de la manifestation, Hugo AMSELLEM, diplômé en Intelligence économique et en Marketing @HugoAmsellem, les 450 participants qui remplissaient l'un des amphithéâtres de la Cité de la Villette à Paris, sont venus sans connaître le programme de la demi journée, sans savoir le nom des intervenants qui défileraient sur le podium, en ignorant tout de l'organisation et après avoir réglé la somme de 30 euros via internet ! Rares sont les manifestations qui peuvent assurer de l'audience avec si peu d'éléments d'informations.

 

Le TEDx Universités 2012, soit une organisation de 200 événements du même type dans 60 pays du monde, s'est déroulé samedi 19 mai 2012 de 14 heures à 20 heures, selon un rythme soutenu d'interventions (6 minutes pour chacun, temps idéal !), entrecoupé de quelques pauses cafés ou bavardages, pour insufler une belle énergie à ceux qui en manquent, faire réfléchir à l'avenir des possibles, jouer entre virtuel et réel et inventer une vie.


Le TEDx Universités 2012 avait lancé un mot d'ordre : "Sortez de la caverne" pour faire un lien avec la célèbre caverne de Platon. Un public composé à 98% de jeunes de 20 à 30 ans, avec une seul credo pour chacun, " les jeunes sont les seuls à pouvoir changer le monde" (citation de Julien DORA, designer @juliendora).

Francis PISANI, @francispisani, toujours aussi émouvant et intellectuellement brillant, a jeté un regard plus contemporain encore, sur ce monde de l'innovation, en invitant les jeunes à se considérer désormais commes des "enfants d'Archimède" : "nous avons deux couches virtuelle et physique à mettre en relation. Se servir de l'internet pour agir sur le réel. L'écran est devenu un interface. L'avenir, c'est de penser action !"

3 temps forts découpaient cet après-midi :

1. Communauté : invention et réinvention

2. Humain : devenir et redevenir

3 : Pouvoir nouveau et renouveau

Dans chacun des sessions, des interventions de la part d'étudiants porteurs d'un projet innovant, et d'autres interventions de la part de jeunes ayant fini leurs études et fraîchement entrés dans le monde actif. Génération d'entrepreneurs, qui ont choisi l'action. Un public enthousiaste, tous reliés de près aux nouveles technologies, la connexion Twitter sur le iphone, etc.

 

Il y avait un prix à remettre au meilleur entrepreneur étudiant (du moins la meilleur présentation de projet). C'est Clément DELANGUE @clementdelangue qui a remporté un voyage d'une semaine à San francisco pour assiter au prochain TEDx. Etudiant passionné d'entreprenariat social, Clément est à l'origine de Unishared , une plateforme permettant aux étudiants de prendre des notes collaboratives et de les partager. Pour lui, ces nouveaux outils seront au coeur de notre manière de partager et d'apprendre.

 

Le TEDx a réuni un ensemble de talents, des étudiants ayant une très bonne qualité d'expression orale, des jeunes enthousiastes et convaincus par leurs discours.

Le TEDx a été construit de bout en bout par une équipe d'étudiants, sous la houlette de Marie ANDRE, diplômée de Sciences politiques et de l'ESSEC ayant en charge le pilotage de l'opération, la direction étant assurée par Halim Madi, explique l'investissement de chacun au plan de l'organisation : "Effectivement, je n'étais pas seulement en charge de la billetterie mais de toute la partie opérationnelle, gestion de projet et de la logistique...Alors, entre les goodies, la billettique, le budget, la coordination de l'équipe, les bénévoles, les prestataires caméras, le traiteur, etc, j'avais à coeur que TEDxPU 2012 soit une belle réussite tant ça a occupé une grande partie de mon temps... Mais TEDxPU, c'est avant tout l'histoire d'une équipe, la team 2012, :  Angelo, Elodie, Gayané, Nicolas, Maxime pour assurer la communication multi canaux, le montage vidéo, le design du programme, l'équipe de live tweeting, etc. De belles personnalités rencontrées, chacune avec leur force, avec qui nous avons travaillé. Ca a été un réel plaisir de faire partie de cette expérience !
Sur le plan professionnel, ce fut une belle occasion pour Benoît, Hippolyte et moi de montrer ce que l'on sait faire. En effet, nous créons un studio de design et business, BBBHAM - comme l'onomatopée et comme nos initiales réunis -, notamment autour de la transformation éphémère de lieus avec cette double capacité de concevoir, créer et mettre en oeuvre la scénographie tout en gérant opérationnellement l'ensemble d'un projet. Ce sont eux qui ont fait la scénographie de TEDxPU : le TEDx PU  plié et relié  à la main,  la caverne de tasseaux bois et rouge ou encore le mur de badges à épingles" .

 

A l'heure de la clôture, il y avait une phrase de Francis OISANI qui résonnait dans nos têtes, citation d'un poète guatemaltèque : "La seule preuve de l'existence de l'homme, c'est la poésie."

 

Tedx Paris Universités 2012, le 19 mai à la Cité des Sciences et de l'Industrie "Sortez de la caverne !"

http://www.ted.com/tedx

 

Le prochain Tedx Paris 2012 aura lieu le 6 octobre prochain à l'Olympia.

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

Les droits d'auteur ne sont pas propriété exclusive des éditeurs

Publié le par Chantal Vieuille, éditrice

Pour les auteurs universitaires, une mise en garde sur ce à quoi ils s'exposent en signant des contrats avec les éditeurs. http://droitsdauteur.wordpress.com/

 

Le droit d'auteur en France est régi par par la loi du 11 mars 1957 et la loi du 3 juillet 1985, codifiées dans le code de la propriété intellectuelle.

Le terme "copyright" désigne la notion de droit d'auteur dans la loi américaine (dans le Titre 17 du United States Code). Contrairement au droit d'auteur en vigueur en France, un dépôt est nécessaire afin de le faire valoir aux Etats-Unis. Les oeuvres ayant fait l'objet d'un dépôt de copyright peuvent ainsi afficher le symbole ©, suivi de l'année de publication, puis du nom de l'auteur (ou de la société ayant déposé le copyright).

Ce formalisme est autorisé en France dans la mesure où il s'applique à toute oeuvre soumise au droit d'auteur. Les mentions "Copyright", © ou "Tous droits réservés" n'ont pas pour autant d'influence sur la protection de l'oeuvre et permettent uniquement de jouer un rôle informatif vis-à-vis du public. D'autre part l'absence de sigle ou de mention du droit d'auteur ne signifie pas que l'oeuvre n'est pas protégée ! Ainsi tous les éléments présents sur Internet (images, vidéos, extraits sonores, textes) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention ne précise qu'ils sont protégés !

 Article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle : L'auteur jouit, sa vie durant du droit exclusif d'exploiter son oeuvre sous quelque forme que ce soit et d'en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l'auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants-droits pendant l'année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent.

Le Creative Commons (CC) est une organisation à but non lucratif
dont le but est de proposer une solution alternative légale aux personnes souhaitant libérer leurs oeuvres leurs œuvres en utilisant les droits de la propriété intellectuelle.
 

Publié dans édition

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>